Semaine de Rhumatologie Aix Les Bains

Congrès national de rhumatologie

Prise en charge dentaire des patients sous bisphosphonates dans le cadre de l’ostéoporose (hors pathologies malignes)

V. Breuil

Service de Rhumatologie, CHU de Nice


Honoraires en tant qu’expert ou orateur d’Amgen, MSD, Novartis, Roche, Servier, Lilly. BMS, Procter, UCB, Pfizer, Roche-Chugai - Soutien financier pour des programmes de recherche : Amgen, Roche, Lilly, Servier, Sanofi


Les BP représentent actuellement dans le monde et dans notre pays la première ligne de traitement de l’ostéoporose dont la prise en charge, rappelons le est une priorité. Ainsi, nous nous devons de savoir informer nos patients sur les précautions dentaires à mettre en place en cas de traitement par BP et nous devons également savoir communiquer avec les dentistes et répondre à leurs questions pour le plus grand bien de nos patients, afin de prévenir au mieux le risque d’ostéonécrose de la mâchoire (ONM).

Si cette question a fait l’objet de nombreuses polémiques, nous devrions vivre des jours meilleurs grâce à l’élaboration récente de recommandations de prise en charge pour les soins chirurgicaux des patients sous BP par la Société Française de Stomatologie, Chirurgie Maxillo-Faciale et Chirurgie Orale (www.sfscmfco.fr). Précisons que cette présentation n’abordera que la problématique dentaire des patients sous bisphosphonates (BP) pour les pathologies bénignes (ostéoporose et maladie de Paget).

Rappelons que les ONM sont définies par la survenue chez un patient traité par BP d’une exposition osseuse pendant plus de 8 semaines, en l’absence de radiothérapie, métastase osseuse ou myélome. La principale difficulté des ONM réside dans le fait qu’il n’y a pas de traitement curatif et que l’évolution est imprévisible. La prévalence des ONM va de 0,00038 % à 0,1 % en pathologie bénigne (Hellstein et al. 2011 ADA guidelines). Les facteurs de risques d’ONM sont : • Durée de traitement par BP (24 mois),
• Diabète, tabac, corticoïdes, …, • Mauvais état bucco-dentaire, extractions, traumatismes prothétiques, parodontopathies.

Ainsi, il sera utile de préciser au patient que le risque d’ONM est faible mais que certains actes bucco-dentaires sous traitement (extraction etc..) peuvent favoriser ce risque, d’où l’intérêt de motiver nos patients sur l’hygiène dentaire et un suivi régulier afin de prévenir ces pathologies bucco-dentaires.

A l’instauration d’un traitement par BP, il est recommandé d’effectuer un bilan bucco-dentaire et il est particulièrement important d’éliminer les foyers infectieux bucco-dentaires. Pour les soins chirurgicaux, qui font l’objet de ces recommandations récentes, des précautions sont à prendre ; ainsi, les extractions, qui représentent un des facteurs de risque les plus importants, devront être réalisées si possible avant la mise en route du traitement qui sera initié après cicatrisation. Une attention toute particulière sera dévolue aux patients qui présentent d’autres facteurs de risque comme la corticothérapie ou le diabète. Un contrôle bucco-dentaire sera effectué une à deux fois par an.


Chez un patient traité par BPs pour une ostéoporose, le risque d’ONM est faible et tous les soins dentaires ou parodontaux doivent être réalisés comme en population générale, le risque d’ONM étant très inférieur au risque de ne pas réaliser les soins dentaires nécessaires chez ces patients. Les traitements non chirurgicaux doivent être privilégiés en première intention et un suivi régulier instauré.

Copyright net-partenaires® © 2005. Tous droits réservés.