Semaine de Rhumatologie Aix Les Bains

Congrès national de rhumatologie

06 Echographie 3D dans le suivi prospectif à 6 mois de la polyarthrite rhumatoïde

06 Echographie 3D dans le suivi prospectif à 6 mois de la polyarthrite rhumatoïde : Comparaison avec l’activité clinique, l’imagerie par résonnance magnétique et l’échographie 2D

E. Constant 1, H. Marotte 1, B. Pallot-Prades 1, A. Amouzougan 1, Ph. Collet 1, L. Court 2, D. Montagnon 2, L. Grazian 3, FG. Barral 3, T. Thomas 1
  1. Service de Rhumatologie, CHU de Saint Etienne
    2 Service de Radiologie, Clinique Mutualiste Saint Etienne
    3 Service de Radiologie, CHU de Saint Etienne

 

RESUME :

Introduction : La polyarthrite rhumatoïde (PR) est le rhumatisme inflammatoire le plus fréquent. Le développement de thérapeutiques efficaces sur la maladie implique d’avoir des techniques d’imagerie permettant d’évaluer l’inflammation et l’atteinte structurale de la maladie de manière précise. Notre étude évalue l’apport de l’échographie 3D dans le suivi de patients lors d’un changement de traitement en se comparant aux données de l’imagerie par résonnance magnétique (IRM) et par échographie 2D.

 

Matériels et méthodes

12 patients ont été inclus entre avril 2010 et octobre 2011. Les paramètres cliniques et biologiques ont été recueilli afin d’évaluer l’activité clinique de la maladie à 0,3 et 6 mois après un changement de traitement de fond. Une échographie 2D, 3D et une IRM ont été réalisées à l’inclusion et à 6 mois. En échographie 2D, le score de Szkudlarek était utilisé, en échographie 3D des paramètres de volume en mm3 et en pourcentage du volume observé était mesuré, et, pour finir, en IRM le score RAMRIS était calculé. Enfin, les paramètres de qualité de vie ont été mesurés à 0 et à 6 mois par le HAQ.

 

Résultats

Douze patients avec un âge moyen de 51 ans et une PR évoluant depuis 9,75 ans en moyenne ont été inclus. Sept patients étaient sous traitement de fond conventionnel à l’inclusion. Deux ont débuté un traitement par méthotrexate et 10 ont débuté une biothérapie. Les 12 articulations les plus pertinentes ont été analysées par les 3 techniques. On n’observe pas de corrélation entre les différentes données d’imagerie à l’inclusion et à 6 mois. La variation du DAS28 en 6 mois est corrélée au score d’imagerie initiale de doppler  en échographie 2D (p < 0,001) et de volume en mm3 en échographie 3D (p < 0,05). Nous avons également observé une excellente corrélation inter-observateurs (r = 0,88 et r = 0,98 pour les données en mm3 et en % respectivement) et intra-observateur (r = 1 pour les deux mesures). Enfin, nous n’avons pas observé de nouvelles érosions en 6 mois.

 

Discussion

Nos résultats montrent que l’échographie est un examen reproductible et sensible à la variation dans le cadre d’un suivi de malades à 6 mois. Cependant, l’absence de corrélation avec les données IRM suggèrent que les deux techniques mesurent des choses différentes. L’échographie 3D ayant une bonne valeur prédictive quantitative, elle pourrait permettre de mieux guider la prise en charge thérapeutique.

Copyright net-partenaires® © 2005. Tous droits réservés.