Semaine de Rhumatologie Aix Les Bains

Congrès national de rhumatologie

Loeuille aix 2013 Apport de l'IRM dans les spondylarthrites

Loeuille aix 2013 Apport de l'IRM dans les spondylarthrites

Aix-les-Bains

Damien LOEUILLE Rhumatologie – CHU Nancy

IRM outil diagnostic : pourquoi? (sacro-iliaque et rachis)

IRM prédictive de l’évolution structurale

œdème osseux sacro-iliaque est prédictif : → une sacro-iliite radiologique à 8 ans dans 1/3 des cas.

(Bennett AN, et al. Arthritis Rheum. 2008; 58:3413-3418)

Cohorte de suspicion de SpA

88 patients 54 à 10 ans

§Sur 54

22 (41%) critères mNY +

12 (22%) autres diagnostics : FM, Rpso, dégénératif

Profil d’évolution des malades différent suivant la forme clinique

§Cohorte de suspicion de SpA

§Leeds IBP

29 patients suivis 7,7 ans formes avec IRM +

J0 8/29 critères mNY+

Sur 21

3 patients critères mNY+`

18 patients : 2 Rpso, 5 ReA, 11 SpA indifférenciées

Bras IRM Se 100%, Spe 22%

Bras HLA-B27 Se 67% Sp 56%

10 progression Rx mais insuffisante pour poser le diagnostic

Profil d’évolution des malades avec IRM répondant aux critères ASAS différent suivant la forme clinique

Aydin SZ, Maksymowych WP, Bennett AN, et al. Validation of the ASAS criteria and definition of a positive MRI of the sacroiliac joint in an inception cohort of axial spondyloarthritis followed up for 8 years. Ann Rheum Dis 2012;71:56–60.

§Place de l’IRM en 2013

Critères de sacroiliite inflammatoire ou de rachis inflammatoire

§Sacro-iliaque

§Rachis

§Lésions inflammatoires discovertébrales
: discites inflammatoires

§Lésions inflammatoires latérales, postérieures

§Localisation des lésions IRM versus Rx

§Positivité IRM et clinique

§Association entre douleur d’un segment et positivité de l’IRM au même niveau:

(aOR) douleur thoracique 1.71; 95% CI 1.09 à 2.67; p=0.02;

(aOR) douleur lombaire 2.53; 95% CI 1.03 à 6.20; p=0.04;

(aOR) douleur SI: 2.86; 95% CI 1.84 à 4.46; p<0.0001)

§2 lésions inflammatoires ou plus dans une population Agées de moins de 50 ans

§Coins graisseux au nb ≥4 (sujets jeunes)

§Place de l’IRM en 2013

Piège à éviter : diagnostics différentiels

§Geodes

§Diagnostics différentiels

§Néoplasies

§Localisations secondaires

§Hémopathies

§Infectieuses

§Spondylodiscites, arthritespostérieures infectieuses

§Dégénératives

§Modic, Scheuermann, Schmorl

§Inflammatoire

§Fibrose rétropéritonéale

§Pathologies disco-vertébrales et articulaires dégénératives

§Pathologie discovertébrale,

§Kyste synoviale AP

§Hernie de Schmorl

§séquences utilisées ?, diagnostic envisagé ?

§TAP pour recherche de foyers infectieux profonds et bilan RX

§Madame L. C., 49 ans

§Madame L. C., 49 ans

§51 SpA (critères AMOR) : 102 talons, 24 témoins (lombalgies dégénératives): 48 talon

§Evaluation IRM (sans inj) et ECHO (DP)

§Résultats

§   IRM et Echo impossibilité de discriminer les 2 populations

§   Oedème osseux très spécifique de SpA (94%) mais peu   sensible (22%)

§   Intensité de la talalgie et anomalies inflammatoires

§      Très symptomatiques : anomalies IRM (81%) et US DP+ (58 %)

§      Peu symptomatiques : anamolies IRM (56) et USDP+ (17 %)

§Place de l’IRM en 2013

Stabilité des lésions inflammatoires (hors anti-TNF), effet des AINS, effet des anti-TNF

§Essai efficacité etoricoxib après deux échecs d’AINS

§IRM à J0 et à 6 semaines

§J0 : 71 lésions (SI et rachis)

§À S16: 60 lésions (22% disparition ou apparition)

§Efficacité des anti-TNF dans la spondylarthrite ankylosante ?

§Deux études avec évaluation IRM après 2 ans de traitement par anti-TNF (n=20 et 26):

§Persistance de la diminution du signal inflammatoire sous traitement à 2 ans

§Place de l’IRM en 2013

IRM positive et fortement positive : même réponse au traitement ?

§SA adalimumab/pcb

§SA (RX+) : Durée de la maladie, CRP et score IRM: 
facteurs prédictifs de réponse aux anti-TNF

§SpA non RX ?

§Les formes « pré » ou « non » 
radiographiques

§Différences : moins d’hommes, CRP moins élevée, mSASSS moins élevé  

§Similitudes pour toutes les autres caractéristiques

§Âge, âge de début

§Arthrites, enthésites, dactylites, actuelles ou passées

§Psoriasis, uvéites, MICI

§HLA-B27 ; histoire familiale

§Activité de la maladie : BASDAI, EVA douleur, AGP  

§Moins dinflammation à lIRM

§SA adalimumab/pcb

§Non RxSpA : facteurs de réponse anti-TNF

§Durée <5ans

§âge><45 ans

§CRP 

§HLA-B27+

§Inflammation IRM SI +++

§Place de l’IRM en 2013

IRM et progression structurale

§Lien inflammation / Ossification?

§Facteurs prédictifs de progression structurale : 
les lésions IRM
(1)

§Conclusion

IRM outil diagnostic pourquoi (sacro-iliaque et rachis): sacroiliite IRM ne conduit dans 30à 50% à une SpA Rx+

Critères de sacroiliite inflammatoire ou de rachis inflammatoire : aide au diagnostic

Piège à éviter : diagnostics différentiels (pbs après 45 ans avec OA,et autres Δ), s’aider de la radiographie ou du scanner

Stabilité des lésions inflammatoires : pas nécessité d’ arréter un AINS, pas d’intérêt de l’IRM pour le suivi.

IRM positive et fortement positive : même réponse au traitement ? : faiblement positif : intérêt diagnostic, positif+++ : intérêt à une réponse aux anti TNT

IRM et progression structurale : physiopathologie

Copyright net-partenaires® © 2005. Tous droits réservés.