Semaine de Rhumatologie Aix Les Bains

Congrès national de rhumatologie

spondyloarthrite classification nosologie terminologie

Document

La spondyloarthrite Classification nosologie terminologie

 

Pr Pascal Claudepierre (Créteil)

 

Conflits d’intérêt

Intérêts financiers : 0

Liens durables ou permanents : 0

Interventions ponctuelles :

Abbott, BMS, Janssen, MSD, Pfizer, Roche, UCB

Intérêts indirects : 0

Critères ASAS de classification des spondyloarthrites

Critères ASAS de classification des spondyloarthrites

Critères ASAS pour les spondyloarthrites axiales
(Patients avec rachialgies ≥ à 3 mois et âge au début < 45 ans)

Sacro-iliite*

+ ≥ 1 signe de SPA**

Définition des critères pour les SpAs axiales (1)

§Douleur rachidienne inflammatoire: 4 des 5 paramètres suivants doivent être réunis: âge de début avant 40 ans, évolution insidieuse, amélioration à l’exercice, pas d’amélioration au repos, douleur nocturne (avec amélioration au lever)

§Arthrite : synovite passée ou présente diagnostiquée par un médecin.

§Antécédents familiaux : présence chez des parents du 1er ou 2nd degré, de spondylarthrite ankylosante, psoriasis, uvéite, arthrite réactionnelle, ou de maladie inflammatoire digestive.

§Psoriasis : passé ou en cours diagnostiqué par un médecin.

§Maladie inflammatoire digestive : maladie de Crohn ou rectocolite hémorragique, passée ou en cours, diagnostiquée par un médecin.

§Dactylite : dactylite passée ou en cours diagnostiquée par un médecin.

§Enthésite : enthésite du talon: douleur spontanée ou sensibilité, passée ou en cours, au point d’insertion du tendon d’Achille ou du fascia plantaire sur le calcanéum.

§Uvéite antérieure: passée ou en cours, confirmée par un ophtalmologiste.

§Bonne réponse aux AINS : à 24-48 h d’une dose optimale d’AINS, la douleur rachidienne a cédé totalement ou en grande partie.

§HLA-B27 : test positif selon les techniques standard de laboratoire.

§CRP élevée : CRP au-dessus de la normale supérieure, dans un contexte de douleur rachidienne, après élimination de tout autre cause d’augmentation de la CRP.

§Sacro-iliite radiologique: SI bilatérale de grade 2 à 4 ou unilatérale de grade 3 à 4, selon les critères de New-York modifiés.

§Sacro-iliite à l’IRM : Lésions inflammatoires actives des articulations sacro-iliaques avec un œdème osseux/ostéite évoquant une SI associée à une spondylarthrite.

Critères ASAS pour les spondyloarthrites périphériques

≥ 1 critère

Uvéite

Psoriasis

MICI

Infection (4 semaines précédentes)

HLA-B27

Sacro-iliite (Rx ou IRM)

≥ 2 critères

Arthrite

Enthésite

Dactylite

Rachialgie inflammatoire (dans le passé)

ATCD familiaux de spondylarthrite

Critères d’entrée:

§Arthrite : arthrite périphérique en cours évoquant une SpA (habituellement asymétrique et/ou prédominant sur un membre inférieur) cliniquement diagnostiquée par un médecin.

§Enthésite : enthésite en cours, cliniquement diagnostiquée par un médecin.

§Dactylite : dactylite en cours, cliniquement diagnostiquée par un médecin.

Critères additionnels (1):

§Antécédent de douleur rachidienne inflammatoire : selon avis d’un rhumatologue.

§Enthèsite : douleur spontanée ou sensibilité, passée ou en cours, à l’examen d’une enthèse.

§Arthrite : arthrite périphérique, passée ou en cours, évoquant une SpA (habituellement asymétrique et/ou prédominant sur un membre inférieur), cliniquement diagnostiquée par un médecin.

§Uvéite : uvéite antérieure, passée ou en cours, confirmée par un ophtalmologiste.

§Dactylite : passée ou en cours, diagnostiquée par un médecin.

Critères additionnels (2):

§Psoriasis : passé ou en cours, diagnostiqué par un médecin.

§Maladie inflammatoire digestive : maladie de Crohn ou rectocolite hémorragique, passée ou en cours, diagnostiquée par un médecin.

§Infection récente : urétrite/cervicite ou diarrhée dans le mois précédent le début de l’arthrite/enthèsite/dactylite.

§Antécédents familiaux de SpA : présence chez les parents du 1er degré (mère, père, sœurs, frères, enfants) ou du 2nd degré (grand-parents maternels ou paternels, tantes, oncles, nièces et neveux) d’une SA, d’un psoriasis, d’une uvéite aiguë, d’une arthrite réactionnelle ou d’une maladie inflammatoire digestive

§HLA-B27 : test positif selon les techniques standard de laboratoire

§Sacro-iliite à l’imagerie: sacro-iliite radiographique bilatérale de grade 2 à 4 ou unilatérale de grade 3 à 4 selon les critères de New-York modifiés, ou sacro-iliite active à l’IRM selon consensus ASAS.

§Critères ASAS globalement

Chez un patient avec rachialgie > 3 mois (avec/sans atteinte périphérique) et âge début < 45 ans

Chez un patient avec seulement une atteinte périphérique

Valeur de ces critères
en classification

en diagnostic

§Risques de sur diagnostic ?

§Risques de « sous » diagnostic ?

Risques de « sous » diagnostic ?

§Coté IRM

§Sémiologie de l’IRM des SI restreinte

§Pas de prise en compte du rachis

§27 ans

§Talalgie inflammatoire droite 1 an à 19 ans

§Douleurs fessières à bascule matinales depuis 3 ans

§Lombalgies inflammatoires depuis un an

§Père et frères psoriasiques

§CRP à 10

§Rx puis IRM RL et bassin normales

§B27

§27 ans

§Talalgie inflammatoire droite 1 an à 19 ans

§Douleurs fessières à bascule matinales depuis 3 ans

§Lombalgies inflammatoires depuis un an

§Père et frère psoriasiques

§CRP à 10

§Rx puis IRM RL et bassin normales

§B27 -

Performances des critères de SpA axiales en cas de rachialgies récentes

Implications des Critères ASAS

Terminologie

Spondylarthrite ankylosante, spondylarthropathies, spondylarthrite(s) ou spondyloarthrites : de quoi parlons-nous ou comment mieux se comprendre ?

Terminologie

Terminologie

Critères d’éligibilité aux anti-TNF


Les recommandations ASAS*

Spondylarthrite ankylosante (New York)

Active

BASDAI > 40

Avis expert : clinique, VS, progression radiologique, IRM, autre…

Malgré traitement conventionnel

au moins 2 AINS, à dose maximale (ou maximale tolérée) sur un total de 4 semaines

si arthrite, au moins 1 infiltration et DMARD (SZP)

si enthésite, traitement local

Critères d’éligibilité aux anti-TNF


Les recommandations ASAS*

Spondylarthrite ankylosante (New York) OU spondyloarthrite axiale suivant l’ASAS

Active

BASDAI > 40

Avis expert : clinique, VS, progression radiologique, IRM, autre…

Malgré traitement conventionnel

au moins 2 AINS, à dose maximale (ou maximale tolérée) sur un total de 4 semaines

si arthrite, au moins 1 infiltration et DMARD (SZP)

si enthésite, traitement local

Les formes axiales non radiographiques

Données sur les formes axiales non radiographiques

3 études

Les formes axiales non radiographiques (1)

Cohorte GESPIC

226 SpA axiales sans sacro-iliite < 5 ans et 236 SA < 10 ans (119 < 5 ans)

Critères cliniques, biologiques, génétiques

Les formes axiales non radiographiques (1)

Similitudes pour presque toutes les caractéristiques:

Âge, âge de début

Arthrites, enthésites, dactylites, actuelles ou passées

Psoriasis, uvéites, MICI

HLA-B27 ; histoire familiale

Activité de la maladie : BASDAI, EVA douleur, AGP

Différences :

Moins d’hommes

BASFI moins élevé

CRP moins élevée

mSASSS moins élevé

Les formes axiales non radiographiques (2)

Autre série allemande

100 patients consécutifs avec axSpA suivant l’ASAS et non traités par anti-TNF

56 SA NY + 44 axSpA non radiographiques

Evaluation IRM en plus

68 % avec symptômes depuis plus de 5 ans

Les formes axiales non radiographiques (2)

Pas de différence sur :

Âge, âge de début

Arthrites, enthésites, dactylites, actuelles ou passées

Psoriasis, uvéites (tendance), MICI

HLA-B27

Histoire familiale

Les formes axiales non radiographiques (2)

Pas de différence sur :

Douleur globale, douleur axiale

AGP

BASFI

SF-36, MCS et PCS

ASQoL

Les formes axiales non radiographiques (2)

Et l’activité de la maladie ?

Pas de différence sur :

BASDAI moyen

Mais différences sur :

ASDAS (plus élevé dans les SA)

CRP (plus élevée dans les SA)

Les formes axiales non radiographiques (2)

Et différences sur :

Le sex-ratio (majorité d’hommes dans les SA, de femmes dans les axSpA non radiographiques)

Score mSSSAS (plus élevé dans les SA)

Nombre de lésions inflammatoires IRM par patient (plus élevé dans les SA)

Les formes axiales non radiographiques (3)
Cohorte DESIR

475 patients ayant les critères ASAS axSpA à l’inclusion

Les patients étaient classés comme ayant des lésions radiographiques s’ils avaient au moins une sacro-iliite évidente ou au rachis au moins un coin avec un syndesmophyte ou 2 coins avec condensation

Les formes axiales non radiographiques (3)
Cohorte DESIR

Pas de différence sur :

Âge, âge de début, et sex-ratio

Arthrites, enthésites, dactylites, actuelles ou passées

Psoriasis, uvéites

HLA-B27

Histoire familiale

Les formes axiales non radiographiques (3)
Cohorte DESIR

Pas de différence sur :

Douleur globale, douleur axiale

AGP

BASFI

SF-36, MCS et PCS

ASQoL

Les formes axiales non radiographiques (3)
Cohorte DESIR

Pas de différence sur :

BASDAI

ASDAS

Les formes axiales non radiographiques (3)
Cohorte DESIR

Les formes axiales non radiographiques

Au total :

Les SA touchent plus les hommes que les axSpA non radiographiques, comprennent plus d’inflammation biologique et IRM

Mais ont le même profil clinique, génétique (B27, famille), et le même retentissement

Conséquences thérapeutiques :

Même besoin de prise en charge des symptômes rhumatologiques et manifestations extra-articulaires

Les SpA axiales non radiographiques =
un stade pré-radiographique de la SA ?

Conclusions

De nouveaux critères

Un nouveau vocabulaire

Des conséquences thérapeutiques

Un nouveau concept : les formes non radiographiques



Copyright net-partenaires® © 2005. Tous droits réservés.