Semaine de Rhumatologie Aix Les Bains

Congrès national de rhumatologie

Arthrites de novo chez l’adulte : du généraliste au spécialiste, leurs caractéristiques

Arthrites de novo chez l’adulte : du généraliste au spécialiste, leurs caractéristiques 

S. Guis 5, S. Lecauchois 1, S. Gentile 2, P. Champsaur 3, L. Dillinger 1, V. Goeb 4

1. Médecin Généraliste libéral, Aix-en-Provence  /  2. EA 3279 – Unité de recherche Santé Publique, maladies chronique et qualité de vie, AP-HM, Aix-Marseille Université, Marseille  /  3. APHM, Hôpital Sainte Marguerite, Service de Radiologie, Aix-Marseille Université, Marseille 4. CHU d’Amiens, rhumatologie, Amiens  /  5. CNRS, CRNBM, UMR 7339, Aix-Marseille Université, Rhumatologie 1, APHM, Marseille

 Introduction

Des recommandations de bonne prise en charge des arthrites de novo sont publiées. L’objectif de ce travail est d’identifier les méthodes diagnostiques et thérapeutiques des médecins généralistes devant une arthrite de novo et d’observer une éventuelle corrélation avec ces recommandations, les caractéristiques de ces arthrites et l’orientation ou pas vers un rhumatologue.

 Méthode

Enquête transversale auprès d’un échantillon de 300 médecins généralistes des Bouches-du-Rhône tirés au sort. Le recueil des données a été réalisé via un questionnaire standardisé reprenant les spécificités des arthrites vues en cabinet et leur modalité de prise en charge.

Résultats

Le taux de participation est de 19 %, mais les caractéristiques des médecins répondant ne présentent pas de spécificité par rapport aux non répondants. Les patients consultant pour arthrite sont en majorité âgés de 40 à 75 ans. Les  arthrites inflammatoires sont spondyloarthrites 14%, polyarthrite rhumatoïde 29%, PPR 8%, chondrocalcinose 38,4%, goutte 11,6%. Les articulations atteintes d’épanchements dégénératifs mécaniques le plus souvent d’origine arthrosique peuvent prêter à confusion lors de la première consultation avec une arthrite stricto sensu inflammatoire. La prévalence des arthrites par an est de moins de 5%. L’articulation la plus fréquemment atteinte est le genou. Le bilan paraclinique de première intention prescrit est un bilan biologique. La grande majorité des patients sont traités par AINS en première intention, uniquement 1,4% par corticothérapie et le spécialiste correspondant est dans 98% des cas le rhumatologue. Les résultats ne varient pas en fonction du profil du médecin.

Conclusion

La prévalence des arthrites vues de novo est de moins de 5% en cabinet de ville. L’articulation la plus atteinte est le genou. Les étiologies les plus fréquentes sont la goutte, la polyarthrite rhumatoïde puis les spondyloarthropathies.
Les modalités de prise en charge des arthrites de novo sont conformes aux recommandations de bonne pratique. D’autres études sont nécessaires pour affiner ces données.

Copyright net-partenaires® © 2005. Tous droits réservés.