Semaine de Rhumatologie Aix Les Bains

Congrès national de rhumatologie

Facteurs associés à une aggravation des calcifications de l’aorte abdominale chez la femme ménopausée

Facteurs associés à une aggravation des calcifications de l’aorte abdominale chez la femme ménopausée

M-E. Pickering, P. Szulc, B. Pereira, E. Sornay-Rendu, R. Chapurlat

Hospices Civils de Lyon

 Introduction  

Afin d’étudier le lien entre risque cardiovasculaire et métabolisme osseux, la relation entre calcifications aortiques abdominales (CAA) et marqueurs osseux sanguins (périostine (POSTN), télopeptide C-terminal du collagène de type I (CTX-I), ostéocalcine) dans la cohorte OFELY a été explorée.

 Patients et méthodes  

Cette étude a été réalisée chez 388 femmes ménopausées (60±7 ans), les CAA évaluées sur des radiographies du rachis en S1 (inclusion) et S9 (9 ans) 1 et l’analyse effectuée par régressions binomiales à inflation de zéro et linéaire (tests non-paramétriques). Les résultats sont en moyenne ± écart-type ou médiane et intervalles interquartiles.

 Résultats  

En S1, le score médian de CAA est 0 [intervalle interquartile : 0-1]. Après ajustement sur l’âge, l’existence de CAA à S9 est associée à un taux plus élevé de POSTN  (1,16[0,98-1,43] vs 1,06[0,92-1,26] mg/L, p=0,01). Le risque de CAA augmente avec l’accroissement de POSTN (p<0,001). Il est le plus élevé dans le 4e quartile de POSTN (p<0,005) comparé au 1er quartile (<0,94 mg/L). Le risque de CAA est le plus élevé chez les femmes ayant à la fois un taux élevé de POSTN (>1,34 mg/L) et un taux bas d’ostéocalcine (<26 ,8 ng/mL) (p<0,005).

L’aggravation du score de CAA médian est de 1 [0-3] sur 9 ans. Après ajustement, le risque d’aggravation accélérée des CAA (augmentation du score ≥ 2 en 9 ans) augmente avec l’accroissement du taux de CTX-I (p<0,005). Il est le plus élevé dans le 4e quartile du CTX-I (>0.64 ng/mL) par rapport au1er quartile (p<0,05).

 Conclusion

 Cette étude met en évidence pour la première fois le fait que l’existence de CAA est liée à un taux élevé de périostine plasmatique et l’aggravation à un taux élevé de CTX-I suggère que les troubles du métabolisme osseux peuvent avoir des répercussions sur le processus de calcification au niveau de l’aorte abdominale.

 Référence  

  1. Kauppila L & al. Atherosclerosis. 1997;132:245 50.

Copyright net-partenaires® © 2005. Tous droits réservés.