Semaine de Rhumatologie Aix Les Bains

Congrès national de rhumatologie

Une consommation modérée d’alcool prévient la progression radiographique chez l’homme et augmente la progression radiographique chez la femme dans la polyarthrite rhumatoïde débutante

Une consommation modérée d’alcool prévient la progression radiographique chez l’homme

et augmente la progression radiographique chez la femme dans la polyarthrite rhumatoïde

débutante : Résultats de la cohorte ESPOIR

(Étude et Suivi des Polyarthrites Indifférenciées Récentes)

F. Sageloli 1, JL. Quesada 2,3, B. Fautrel 4, C. Salliot 5, P. Gaudin 1, R. Juvin 1, A. Baillet 1

1. Rhumatologie, Centre Hospitalier Universitaire Grenoble Alpes, 2. Centre d’Investigation Clinique, Centre Hospitalier Universitaire Grenoble Alpes, / 3. Département Scientifique de la Délégation à la Recherche Clinique, Centre Hospitalier Universitaire Grenoble Alpes, 4. Rhumatologie, Hôpital Pitié-Salpêtrière, Paris, / 5. Rhumatologie, Centre Hospitalier Régional, Orléans

 

 Objectif  

Déterminer si la consommation d’alcool des patients est prédictive de l’évolution structurale des polyarthrites rhumatoïdes débutantes.

 Méthode  

Les patients de la cohorte ESPOIR répondant aux critères diagnostiques de polyarthrite rhumatoïde selon les critères EULAR/ACR 2010 (European League Against Rheumatism / American College of Rheumatology) ont été inclus dans cette étude.  La consommation déclarée d’alcool en grammes/jour a été recueillie à l’inclusion, puis à chaque visite. Nous avons classé les patients en 3 catégories selon la classification OMS (consommation nulle ; consommation modérée ≤20 g/j chez les femmes et ≤30 g/j chez les hommes ; surconsommation >20 g/j chez les femmes et >30 g/j pour les hommes).

Le critère de jugement principal est la survenue d’une progression radiographique de la maladie à 1 an, définie par une élévation ≥5 points du score de Sharp/Van der Heijde. Nous avons cherché à savoir si la consommation d’alcool est prédictive d’une progression structurale à 1, 3 et 5 ans par une analyse univariée puis par une analyse multivariée ajustée sur les facteurs d’évolution structurale.

 Résultats  

596 patients ont été inclus et analysés sur le critère d’évaluation principal à 1 an. Nous avons montré un effet délétère d’une consommation modérée chez les femmes (OR = 1.89 [1.12 ; 3.17], p=0.017) et un probable effet protecteur d’une consommation modérée chez les hommes (OR = 0.45 [0.19 ; 1.04], p=0.061).

 Conclusion  

Notre étude suggère chez les patients porteurs d’une polyarthrite rhumatoïde débutante un effet délétère d’une consommation modérée d’alcool sur la progression radiographique chez la femme et un effet protecteur chez l’homme.

 

 

Copyright net-partenaires® © 2005. Tous droits réservés.