Semaine de Rhumatologie Aix Les Bains

Congrès national de rhumatologie

25. Evaluation du statut osseux des patients en insuffisance rénale chronique terminale en attente de transplantation

Evaluation du statut osseux des patients en insuffisance rénale chronique terminale en attente de transplantation

V. Lapierre 1, M. Jannot 2, M. Normand 1, P. Szulc 3, H. Locrelle 1, P. Szulc 3,  T. Thomas 1, C. Mariat 2, R. Chapurlat 3, M-H. Lafage-Proust 1

1. Service de Rhumatologie, INSERM U1059, Saint-Étienne - 2. Service de Néphrologie, CHU Saint-Etienne, Saint-Étienne
3. Service de Rhumatologie, HCL, INSERM UMR1033, Lyon

 Introduction

Comparés à la population générale ou dialysée, les transplantés rénaux (TR) ont un risque de fracture plus élevé. Or, le statut osseux des patients en insuffisance rénale terminale (IRC5) et en attente de TR (ATR) n’est pas connu. Notre objectif, ici, est de comparer les paramètres cliniques, densitométriques et de microarchitecture osseuse des hommes IRC5 en ATR, à ceux d’une population d’hommes de même âge.

 Patients et méthodes  Tout patient adulte IRC5 en ATR était éligible. Les données cliniques, des mesures de la phosphatase alcaline osseuse (PAO), de la PTH et la 25-OH Vitamine D sériques, de la densité minérale osseuse surfacique (DMOs) vertébrale et fémorale par DEXA, un calcul du score FRAX et une analyse par micro-scanner périphérique à haute résolution au radius et au tibia (HR-pQCT, Scanco, avec mesure de la DMO volumétrique et de la microarchitecture), ont été réalisés. Les patients ont été appariés pour l’âge avec des contrôles (CTRL, 2 CTRL/patient) issus de la cohorte STRAMBO. L’analyse statistique comprenait des tests de normalité (Shapiro-Wilks), suivis d’analyse des variances (Batlett). Le test t a été utilisé si les variances étaient égales et le test de Welch dans le cas contraire. Les résultats étaient alors exprimés en moyenne ± DS. Si la distribution n’était pas normale, un test de Wilcoxon bivarié était réalisé (résultats exprimés en médiane [1er-3ème interquartiles]). Les données de HR-pQCT ont été ajustées au FRAX-MO (Fracture Ostéoporotique Majeure) sans DMO dans un modèle linéaire.

 Résultats  64 patients ont été inclus. Les deux populations étaient comparables pour l’âge (ATR : 65 ans [54-69] vs CTRL : 65 ans [54-69]) et l’IMC (ATR : 27 [23-30] vs CTRL : 28 [25-30] kg). En revanche, chez les ATR on trouvait plus de diabétiques (27,6% vs 12,5% p<0,05), d’HTA (81% vs 30% p<0,01) et de tabagiques (20,7% vs 7,8% p<0,05), mais la consommation d’alcool était plus faible (ATR : 1,6% vs CTRL : 12,5% ; p<0,05). Les FRAX sans DMO étaient identiques entre les 2 groupes alors que les FRAX-MO et Fracture de Hanche avec DMO étaient supérieurs chez les ATR (FRAX-MO : ATR :3,6% [3-5] vs CTRL : 2,8% [2-5] ; p<0,01). Alors que les DMOs étaient supérieures chez les ATR (col: 0,85 [0,79-0,94] vs 0,81 [0,74-0,89] g/cm²), les DMO volumétriques totales, trabéculaires et corticales étaient significativement plus basses au radius et au tibia chez les ATR que chez les CTRL (TtBMD au radius: ATR : 297±84 mg d’HAP/cm3 vs CTRL : 328±57 mg d’HAP/cm3). Seule l’Aire corticale Tibiale était plus basse chez les ATR que chez les CTRL (138±28 vs 148±27 mm2 ; p<0,05). Paradoxalement, l’épaisseur corticale était plus élevée chez les ATR au radius uniquement (903±257 vs 804±204 μm ; p<0,05). L’os spongieux des ATR se caractérisait par réseau trabéculaire moins dense et plus hétérogène au radius (1,8±0,3 vs 2.0±0,2 travées/mm p<0,01 ; 205 [175-291] vs 172 [157-193]μm p<0,01 respectivement).
Enfin, la phosphatémie, la PTH, les PAO et la 25-OH-D3 étaient toutes plus élevées chez les ATR que chez les CTRL.

 Conclusion  Ces résultats illustrent la complexité de l’ostéoporose des patients IRC5 qui combine une atteinte trabéculaire structurelle et une déminéralisation du matériau osseux dans les deux compartiments, non détectés par la DMO surfacique qui est « faussement » rassurante.

 

Télécharger fichier au format PDF - Visionner Diaporama

 

Copyright net-partenaires® © 2005. Tous droits réservés.