Semaine de Rhumatologie Aix Les Bains

Congrès national de rhumatologie

22 Est il raisonnable d’utiliser les cupules à double mobilité dans toutes les indications ?

Est il raisonnable d’utiliser les cupules à double mobilité dans toutes les indications ?
(À propos d’une série comparative de DM chez les sujets jeunes < 55 ans à + de 10 ans de recul)

J. Caton 1, J.M. Puch 2
1. Lyon- 2. Nice

 Introduction   Depuis les années 70, l’utilisation de la cupule a double mobilite (DM) dans les prothèses totales de hanche (PTH), qu’elles soient primaires ou de révisions, a fait la preuve de son efficacité dans la prévention et le traitement des instabilités prothétiques. Après sa mise au point par Gilles Bousquet et la chute du brevet couvrant cette importante innovation chirurgicale, les cupules à DM ont évolué et, de ce fait,  classées en 1ère (DM originale), 2ème et 3ème génération afin d’améliorer encore leur devenir dans le temps.

Leur usure ne s’est pas révélée plus importante que le Gold Standard de la prothèse de Charnley et confiants dans leur evolution, leur utilisation a augmenté et leurs indications se sont élargies. Cela nous autorise t’il pour autant à  utiliser ces DM contemporaines dans toutes les indications et quel que soit l’âge, compte tenu des risques d’usure et de descellement plus importants à long terme dans les catégories les plus jeunes et les plus actives de la population ? C’est le pari fait par certains dans notre groupe.

 Matériel et Patients  Pour justifier a posteriori cette attitude, nous rapportons les résultats à 10 ans de recul minimum d’une série de DM de 2ème génération implantées au cours d’une PTH (n=119) chez des sujets de moins de 55 ans, en comparant les résultats de cette série à ceux d’une série de patients plus âgés, opérés  au cours de la même période (n=444) et âgés de + de 55 ans).

Il s’agit de 2 séries continues de patients opérés dans les mêmes conditions avec les mêmes implants (DM de 2ème génération et tige sans ciment), de 2000 a 2005 pour la première et de 2000 à 2002 pour la seconde avec un recul moyen de 11 ans. Le taux de perdus de vue est de 6,7% et l’âge moyen de 49,9 ans dans la 1ère série et respectivement de 8,1% et 72,3 ans dans la 2ème série avec plus de femmes (62,3% vs 33,3%), et plus de coxarthroses (84,7% vs 54,3%).

 Résultats  Nous n’avons déploré aucune luxation ni aucune IPD dans les 2 séries mais 2 échecs mécaniques sur le pivot fémoral.

Dans la 1ère  série, le score PMA au dernier recul était à 17 (8,8 pré-op) et le score de HARRIS de 98 (39,5 pré-op). Le score de DEVANE a été amélioré avec beaucoup plus de patients aux stades 4 et 5 : 79,5% (5,9% pré op).

Dans la 2ème série, le PMA 17,4 (9,22 pré op), le HARRIS 95,6 (43,9 pré op) et le DEVANE 4 et 5 à 37% (3% pré op).

Les taux de survie n’ont pas été différents (p >0,05) pour la cupule DM 98,4%, pour la série 1 à 14 ans vs 98,4% à 15,5 ans.

Seule différence 7,7% vs 3,60% d’ostéolyses modérées. 

 Discussion  Les résultats sont excellents et, malgré des facteurs de risques plus importants sont identiques à ceux de la série des patients plus âgés et comparables à ceux de la littérature pour des couples de friction différents (LFA ou C/C) avec, par exemple, 99% de survie à 14,2 ans de recul pour KERBOULL.

 Conclusion  La cupule à DM chez les sujets les plus jeunes est une option donnant des résultats très satisfaisants et concordants avec ceux de la littérature et nous autorise à élargir les indications à une grande majorité de patients nécessitant une PTH.

Télécharger fichier au format PDF - Visionner Diaporama

 

Copyright net-partenaires® © 2005. Tous droits réservés.