Semaine de Rhumatologie Aix Les Bains

Congrès national de rhumatologie

21 Place de la double mobilité dans le traitement des luxations de PTH

Place de la double mobilité dans le traitement des luxations de PTH

J. Caton, J.L. Prudhon
Lyon

 Introduction   Depuis 1962, date de la première prothèse de hanche (PTH) moderne après les essais des frères Judet en 1946-48, la luxation est devenue un risque majeur dans cette chirurgie. En effet, outre les luxations post-opératoires J. Caton et D. Berry ont montré en 2004 que ce risque était cumulatif tout au long de la vie de l’implant sur plus de 25 ans. Par ailleurs, les registres nationaux de suivi des PTH ont confirmé ces données et démontré qu’il s’agit actuellement de la cause la plus fréquente de reprises. Le traitement des luxations de PTH peut être préventif (pré, per ou post-opératoire) ou curatif en corrigeant une malfaçon, en transposant le GT, en augmentant le diamètre de la tête fémorale ou en modifiant la cupule cotyloïdienne. Les solutions sont alors techniques : cupules à débord, croissant anti-luxation, cotyle rétentif ou cotyle a double-mobilité (DM).

 Matériel et Méthode  Développé par G. Bousquet dans les années 70 (1974-77), les cupules à DM se sont améliorées depuis 1979, 1ères cupules à DM type NOVAE ou LITHIA développée en France. La DM aujourd’hui dite de 3ème génération ou plutôt contemporaine permet, grâce à un alliage de chrome/cobalt :

  • • une bonne fixation primaire,
  • • une excellente réhabilitation osseuse grâce à un revêtement bicouche (titane et HA),
  • • une optimisation du PE et de la 3ème articulation
  • • des résultats constants et une survie à plus de 10 ans de plus de 95%.

Résultats de la DM type «QUATTRO»

 Dans notre expérience :

1. En première intention le taux de luxation dans les PTH primaires est inférieur à 1% (0,95%) et dans le traitement des fractures du col fémoral de 1,4%,

2. Dans les reprises de PTH ce taux est de 1,3% sans récidive,

3. Dans le traitement des luxations récidivantes de PTH il est identique (1,3%).

 Discussion et conclusion  La cupule DM, notamment QUATTRO que nous utilisons, est une option sécurisante pour le patient et le chirurgien lors de la réalisation d’une PTH qu’elle soit primaire, après fracture ou de révision. Ces résultats se retrouvent dans la littérature nationale et internationale. En France, le taux de luxation des prothèses de hanche est passé de 9,06 % en 2005 à 6 % en 2015 (données assurance maladie CNAM et ATIH) permettant d’economiser 5000 hospitalisations inutiles de patients. Ces chiffres sont à rapprocher de l’utilisation rapportée de la double mobilité dans le registre français 2010/2011 (23 % des prothèses primaires évoluant actuellement vers les 40% et 62 % dans les révisions).

 Télécharger fichier au format PDF - Visionner Diaporama

Copyright net-partenaires® © 2005. Tous droits réservés.