Semaine de Rhumatologie Aix Les Bains

Congrès national de rhumatologie

12. Application en région Centre des recommandations nationales et internationales sur l’utilisation des anti-TNF alpha sous-cutanés dans les spondyloarthrites

Application en région Centre des recommandations nationales et internationales sur l’utilisation des anti-TNF alpha sous-cutanés dans les spondyloarthrites

C. Pereira-Gillion 1, M. Marot 1 , I. Griffoul-Espitalier 1 , L. Andras 2 , P. Goupille 1,3, C. Salliot 4,5

1. Service de Rhumatologie, CHRU de Tours - 2. Service de Rhumatologie, Centre hospitalier de Blois - 3. Université François Rabelais, UMR CNRS 7292, Tours - 4. Service de Rhumatologie, CHR d’Orléans- 5. Université d’Orléans, I3MTO laboratoire EA 4708, Orléans

 Introduction  Les anti-TNF sont des biomédicaments qui ont montré leur efficacité dans le traitement des Spondyloarthrites (SpA). Des recommandations nationales et internationales encadrent leur usage afin d’harmoniser les pratiques des rhumatologues. Elles ont été élaborées par l’ASAS/EULAR, la SFR, le CRI et la HAS, puis disséminées lors des congrès nationaux et internationaux de 2010 à 2013.  Il n’existe pas, à l’heure actuelle, de données publiées sur l’application de ces recommandations en pratique courante. Nos objectifs étaient d’évaluer, en région Centre (1), l’application des recommandations concernant l’initiation d’un premier anti-TNFα sous-cutané pour une SpA (2), les niveaux de connaissance et d’accord des rhumatologues vis-à-vis des recommandations ainsi que les barrières éventuelles à leur application.

 Patients et Méthodes

Une étude observationnelle, rétrospective et multicentrique a été menée auprès de 42 rhumatologues : 48% hospitaliers, 31% libéraux et 21% attachés, ayant prescrit un 1er anti-TNFα sous-cutané chez 211 patients atteints de SpA en 2013 ou 2014. Le recueil standardisé des données a été effectué à partir des dossiers médicaux, afin d’évaluer l’application (oui/non) de chacun des 40 items des recommandations, regroupés en 3 domaines (indication, bilan pré-thérapeutique et suivi).

Un questionnaire évaluant la connaissance (oui/non), le degré d’accord aux recommandations (Echelle numérique de 0 à 10) et les éventuelles barrières à leur application en pratique courante a été adressé aux rhumatologues participants.

 Résultats  Le taux moyen d’application des recommandations, par rhumatologue, était de 60 à 79% concernant l’indication d’un anti-TNFα (diagnostic certain et maladie active malgré un traitement de première ligne optimal). Pour le bilan pré-thérapeutique, il était inférieur à 50% pour les items suivants : évaluation du besoin en vaccin vivant atténué (15%), recherche à l’examen clinique d’infection active (46%), d’adénopathie (24%), de néoplasie (34%), de maladie démyélinisante (28.5%), de maladie auto-immune (39%), d’une pathologie pulmonaire chronique (48%).

Enfin, concernant le suivi, le taux moyen d’application du délai recommandé de réévaluation des patients, après initiation du traitement, était de 48%. Pour l’évaluation de l’activité du rhumatisme il était de 33%, de 80% pour la tolérance du traitement, et de 49% pour la consommation d’AINS. Néanmoins, plus de 90% des recommandations étaient connues des rhumatologues avec un très bon niveau d’accord global (8 à 9/10). Enfin, les principales barrières à l’application des recommandations étaient le manque de temps en consultation, les difficultés d’accès aux examens nécessaires et aux consultations spécialisées, ainsi que les difficultés d’adaptation des recommandations aux spécificités de certains patients.

 Conclusion  Cette étude, évaluant les pratiques professionnelles, montre que malgré un bon niveau de connaissance et d’accord global des rhumatologues vis-à-vis des recommandations, leur bonne application est imparfaite, en partie du fait d’un manque de disponibilité des moyens humains et matériels nécessaires.

 Télécharger fichier au format PDF - Visionner Diaporama

Copyright net-partenaires® © 2005. Tous droits réservés.