Semaine de Rhumatologie Aix Les Bains

Congrès national de rhumatologie

10. Premier cas décrit de psoriasis pustuleux paradoxal induit par l’ustekinumab chez une patiente présentant une spondylarthropathie associée à une maladie de Crohn

Premier cas décrit de psoriasis pustuleux paradoxal induit par l’ustekinumab chez une patiente présentant une spondylarthropathie associée à une maladie de Crohn

B. Flachaire 1, M. Benzaquen 2, F. Rouby 3, S. Guis 1, P. Berbis 2.

1. Service de Rhumatologie, Assistance Publique - Hôpitaux de Marseille, CNRS, CRNBM, UMR 7339, Aix-Marseille Université - Marseille 13009, France
2. Service de Dermatologie, Hôpital Nord, Assistance Publique - Hôpitaux de Marseille, Aix-Marseille Université - Marseille 13015, France
3. Centre Régional de Pharmacovigilance Marseille Provence Corse, Service de Pharmacologie clinique, Hôpital Timone, Assistance Publique – Hôpitaux de Marseille, Aix-Marseille Université - Marseille 13015, France

Le psoriasis pustuleux palmo-plantaire (PPPP) est une forme clinique sévère de psoriasis. Les biothérapies de type anti-TNFα ou anti-interleukine 12/23 (ustekinumab) constituent une option thérapeutique pour ces psoriasis sévères et réfractaires. Les réactions paradoxales psoriasiques sous anti-TNFα sont maintenant bien connues (1). Nous présentons le cas exceptionnel d’un PPPP paradoxal apparu sous ustekinumab chez une patiente présentant une spondylarthropathie associée à une maladie de Crohn.

Une patiente de 58 ans était adressée pour des arthralgies à prédominance périphérique d’horaire inflammatoire apparues dans le cadre d’une maladie de Crohn diagnostiquée en 2008. Dans ses antécédents, on notait un asthme et une ostéoporose cortico-induite multi-fracturaire.

La maladie de Crohn étant en échec de plusieurs lignes de traitement incluant corticothérapie systémique, mésalazine, azathioprine, adalimumab et infliximab, un traitement par ustekinumab était instauré. Dans la semaine suivant la première injection d’ustekinumab 390 mg, on notait l’apparition d’une dermatose érythémateuse peu prurigineuse, associée à des pustules non folliculaires de la face palmaire de la main droite.

L’aspect clinique était en faveur d’un PPPP. Un lien de causalité entre ustekinumab et développement du PPPP était suspecté. L’ustekinumab était arrêté 6 semaines après son introduction et remplacé par du golimumab, permettant une régression complète du PPPP après 15 jours d’arrêt.

Nous rapportons le premier cas de PPPP paradoxal sous ustekinumab chez une patiente présentant une spondylarthropathie de forme périphérique associée à une maladie de Crohn. L’efficacité de l’ustekinumab dans le traitement du PPPP est bien démontrée (2, 3) ainsi que dans les spondylarthrites (4). L’aggravation sous ustekinumab d’un psoriasis sous-jacent par l’apparition de pustules généralisées ou palmo-plantaires a déjà été rapportée dans 4 cas. La physiopathologie de ces manifestations paradoxales n’est pas encore bien déterminée.

L’ustekinumab se lie à la sous-unité commune p40 des interleukines 12 et 23, inhibant l’interleukine 23 mais stimulant l’activité des cellules TH17 et la synthèse d’interféron alpha, à l’origine des réactions paradoxales (5).

Nous décrivons à notre connaissance le premier cas de PPPP paradoxal apparu sous ustekinumab chez une patiente ne présentant pas un psoriasis sous-jacent connu et atteint d’une spondyloarthrite associée à une maladie de Crohn.

Cette observation est intéressante pour les rhumatologues, étant donné que les anti-interleukines 12/23 et plus généralement les biothérapies représentent l’avenir dans le traitement des pathologies inflammatoires rhumatologiques, et la bonne gestion de leurs effets indésirables est un enjeu crucial.

 Références

1. Ko JM, Gottlieb AB, Kerbleski JF. Induction and exacerbation of psoriasis with TNF-blockade therapy: a review and analysis of 127 cases. J Dermatolog Treat 2009; 20: 100 - 8.

2. Buder V, Herberger K, Jacobi A, et al. Ustekinumab in the treatment of palmoplantar pustular psoriasis - a case series of nine patients. J Dtsch Dermatol Ges. 2016 ; 14:1108-1113.

3. Morales-Múnera C, Vilarrasa E, Puig L. Efficacy of ustekinumab in refractory palmoplantar pustular psoriasis. Br J Dermatol. 2013; 168:820-4.

4. Poddubnyy D, Hermann KG, Callhoff J, Listing J, Sieper Ustekinumab for the treatment of patients with active ankylosing spondylitis: results of a 28-week, prospective, open-label, proof-of-concept study (TOPAS). J.Ann Rheum Dis. 2014;73:817-23.

5. Mease PJ. Inhibition of interleukin-17, interleukin-23 and the TH17 cell pathway in the treatment of psoriatic arthritis and psoriasis. Curr Opin Rheumatol. 2015; 27:127de toutes les enthèses et peut être intéressante dans les cas difficiles.

Télécharger fichier au format PDF - Visionner Diaporama

Copyright net-partenaires® © 2005. Tous droits réservés.