Semaine de Rhumatologie Aix Les Bains

Congrès national de rhumatologie

1. Fréquence et déterminants de l’athérosclérose infraclinique dans la polyarthrite rhumatoïde aux cliniques universitaires de Kinshasa

Fréquence et déterminants de l’athérosclérose infraclinique dans la polyarthrite rhumatoïde aux cliniques universitaires de Kinshasa

C. Mulumba1, P. Lebughe1, J.M. Mbuyi-Muamba1, J. Mukaya2,F.B. Lepira2, J.R. Makulo2, R. Westhovens4, P. Verschueren4,J.J. Malemba1

1. Service de Rhumatologie, Cliniques Universitaires de Kinshasa, République Démocratique du Congo
2. Service d’Imagerie, Cliniques Universitaires de Kinshasa, République Démocratique du Congo
3. Service de Néphrologie, Cliniques Universitaires de Kinshasa, République Démocratique du Congo
4. Département de Rhumatologie, Cliniques Universitaires de Louvain, Louvain, Belgique

 Contexte  La polyarthrite rhumatoïde (PR) est le rhumatisme inflammatoire chronique le plus fréquent. Elle entraîne progressivement une destruction articulaire sévère. Au-delà de cette atteinte structurale, elle est associée à une réduction de l’espérance de vie de 5 à 10 ans à cause d’une athérosclérose précoce. Celle-ci résulte de la conjonction des facteurs de risque cardiovasculaire (FRCV) traditionnels et de l’inflammation.

 Objectifs  Évaluer la fréquence et les déterminants de l’athérosclérose infraclinique dans la PR, aux  Cliniques Universitaires de Kinshasa (CUK).

 Méthodologie  Une étude transversale  a été menée  du 1er juin 2014 au 31 mai 2015 aux CUK, chez des  patients atteints de  PR. Le diagnostic a été retenu sur base des critères  ACR/EULAR 2010. L’évaluation de l’athérosclérose infraclinique a été faite en mesurant l’épaisseur intima-media (EIM) de la carotide à l’échographie mode bidimensionnel. Une valeur ≥ 0,9 mm définissait une athérosclérose infraclinique. La plaque d’athérome était présente pour une EIMc ≥ 1,5 mm ou en présence d’une plaque d’athérome avérée. L’association entre l’athérosclérose infraclinique et les différents facteurs de risque potentiels a été modélisée à l’aide des  régressions linéaire et  logistique.

 Résultats  75 patients recrutés avec un âge moyen de 51,8±14,6 ans et un sex ratio F/H de 4. La fréquence de l’athérosclérose infraclinique était de 32 %. En régression logistique, le fait d’être une femme dont l’âge est ≥ 55 ans (ORa 10,59 IC à 95% [2,087-53,82], p=0,028), l’activité de la maladie (ORa 3,46 IC à 95% [1,155-10,38],p=0,044), la sévérité  de la maladie (ORa 32,60 IC à 95% [1,761-60,37], p=0,035), l’HTA (ORa 22,39 à IC à 95% [5,044-99,41],  p=0,005) et l’obésité (ORa 32,27 IC à 95% [2,606-40,73], p=0,026) avaient émergé comme les déterminants indépendants de l’athérosclérose  infraclinique.

 Conclusion  L’athérosclérose infraclinique est fréquente dans la présente étude. Elle est associée à la fois aux FRCV traditionnels et ceux spécifiques à  la PR. Ces résultats suggèrent donc que le dépistage et la prise en charge précoce de l’athérosclérose infraclinique et des facteurs de risque chez des patients atteints de la PR, permettront de ralentir la progression vers la maladie cardiovasculaire clinique.

Mots-clés : Polyarthrite rhumatoïde, athérosclérose infraclinique, CUK.

Télécharger fichier PDF 

Copyright net-partenaires® © 2005. Tous droits réservés.