Semaine de Rhumatologie Aix Les Bains

Congrès national de rhumatologie

Les micro-ARN sont associés avec la densité minérale osseuse

Les micro-ARN sont associés avec la densité minérale osseuse, la microarchitecture osseuse et les fractures prévalentes chez les femmes de la cohorte OFELY, avant et après la ménopause

E. Feurer, C. Kan, M. Croset, E. Sornay-Rendu, R. Chapurlat

INSERM UMR1033, Lyon

Travail financé par une bourse de recherche de la Société Française de Rhumatologie

 

Introduction

L’ostéoporose post-ménopausique est une pathologie sévère responsable d’une augmentation de la morbi-mortalité. L’évaluation de la fragilité osseuse par absorptiométrie biphotonique ne permet pas toujours un diagnostic précoce de cette fragilité et est insuffisante pour prédire le risque de fracture. Les données en recherche fondamentale suggèrent que les micro-ARN pourraient être utilisés comme biomarqueurs, notamment dans le domaine de la fragilité osseuse. Le but de cette étude était d’identifier des mi-ARN susceptibles d’être associés aux paramètres densitométriques, micro-architecturaux osseux et fracturaires.

Matériel et Méthode

Cette étude est une analyse transversale portant sur la cohorte OFELY, cohorte constituée en 1992 afin d’étudier les déterminants de la perte osseuse chez la femme. Les données utilisées sont celles correspondant à la 14ème année de suivi. L’évaluation osseuse a été faite par absorptiométrie biphotonique (densité minérale osseuse, DMO) et par tomodensitométrie quantitative volumétrique périphérique à haute résolution (HR pQCT) (DMO volumique). Une fracture prévalente était définie par une fracture à faible cinétique au moment du suivi 14.Trente deux micro-ARN ont été pré-sélectionnés sur leur rationnel physiopathologique osseux dans la littérature et ont été dosés par RT qPCR à partir de 200 μL de sérum.

Résultats

Les données étaient disponibles pour 682 patientes, 99 patientes non ménopausées (âge moyen de 49 ans) et 583 patientes ménopausées (âge moyen 68 ans). Une seule patiente présentait une fracture parmi les patientes non ménopausées alors que 122 patientes présentaient au moins une fracture dans le groupe des non ménopausées. Vingt-cinq microARN présentaient une différence significative selon le statut ménopausique. Ces mêmes micro-ARN montraient des coefficients de corrélation allant de 0,19 à 0,27 avec la DMO du col fémoral, et de 0,12 à 0,32 avec la DMO volumique totale (radius ou tibia). Parmi ces micro-ARN, 22 présentaient une association significative avec les fractures prévalentes (p-values ajustées allant de 0,02 à 0,03). Les microARN analysés ne montraient pas d’association significative avec les biomarqueurs du remodelage osseux.

Conclusion

Ces résultats suggèrent l’utilisation future des micro-ARN comme biomarqueur de fragilité osseuse. Ils conduisent également à une meilleure compréhension des mécanismes sous-jacents à la pathologie osseuse.

Copyright net-partenaires® © 2005. Tous droits réservés.