Semaine de Rhumatologie Aix Les Bains

Congrès national de rhumatologie

Facteurs pronostiques osseux associés à la survie des patients

Facteurs pronostiques osseux associés à la survie des patients atteints d’un cancer du poumon métastatique osseux : étude POUMOS

L. Chambard 1,2, E. Ollier 3, N. Girard 4, F. Duboeuf 1, M. Brevet 5, P. Szulc 1, J.B. Pialat 1,6, J. Wegrzyn 1,7, P. Clezardin 1, C.B. Confavreux 1,2

1. INSERM UMR1033, Université de Lyon, 2. Service de Rhumatologie, Hôpital Edouard Herriot, Hospices Civils de Lyon, 3. Université Claude Bernard Lyon 1, Villeurbanne, 4. Service de Pneumologie, Hôpital Louis Pradel, Groupement Hospitalier Est, Hospices Civils de Lyon, 5 Service d’Anatomie Pathologique, Centre de Biologie et de Pathologie Est, Hospices Civils de Lyon, 5. Service de Radiologie, Hôpital Edouard Herriot, Hospices Civils de Lyon, 6. Service de Pneumologie, Hôpital de la Croix-Rousse, Groupement Hospitalier Nord, Hospices Civils de Lyon, 7. Service de Chirurgie Orthopédique, Hôpital Edouard Herriot, Hospices Civils de Lyon /span>

Introduction

Les cancers bronchiques non à petites cellules représentent la première cause de mortalité par cancer chez l’homme dans le monde. En rhumatologie, le diagnostic est souvent porté au stade IV, d’emblée métastatique osseux. Le but de notre travail était d’évaluer s’il existait au sein de ces patients, des facteurs oncologiques, osseux ou métaboliques prédictifs de la survie globale.

Matériel et Méthode

UPOUMOS (cancer du POUmon et Métastases OSseuses) est une cohorte moléculaire, prospective de patients atteints d’un adénocarcinome bronchique présentant une première métastase osseuse. Le statut moléculaire tumoral (EGFR, KRAS, BRAF et ALK) est déterminé sur la biopsie de la métastase osseuse. Chaque patient bénéficie d’une évaluation biologique et densitométrique osseuse corps entier (Hologic®). Les courbes de survie ont été réalisées avec la méthode de Kaplan Meier. Les facteurs pronostiques ont été recherchés via une analyse uni- puis multivariée.

Résultats

Entre 2011 et 2014, 64 patients (75% d’hommes), âgés en moyenne de 65 ans, ont été inclus. Ils étaient en bon état général (Performans Status (PS) ≤ 1 dans 60% des cas) et 32,5% étaient fumeurs actifs. Les mutations EGFR et KRAS étaient présentes dans respectivement 14 % et 17% des cas. Nous avons observé 29% de patients avec un Tscore inférieur à -2.5 et 25% étaient classés sarcopéniques, selon la définition de Baumgartner. Une atteinte des os longs porteurs existait chez 41% des patients. La survie médiane était de 30,5 semaines. Les patients non-fumeurs (p=0.031) ou avec un PS ≥2 (p=0.004) avaient une meilleure survie. La survie des patients mutés EGFR (82,2 semaines) était plus longue (ns) que celle du groupe sauvage ou KRAS (respectivement 24,1 et 24,4 semaines). Sur le versant osseux, l’atteinte d’un os long porteur (p=0,009), une calcémie corrigée élevée (p=0.002) ou un taux de DKK1 élevé (p=0.031) étaient des facteurs de mauvais pronostic. Sur le versant métabolique, les patients présentant une CRP basse (inférieur 10mg/l ; p=0,04), une HbA1c élevée (p=0.013) ou qui n’étaient pas sarcopéniques (p=0.005) avaient une meilleure survie. Lors de l’analyse multivariée, l’hypercalcémie, l’HbA1c et le taux de DKK1 sont demeuré significatifs.

Conclusion

Au stade métastatique osseux, les paramètres issus de l’évaluation osseuse et métabolique sont des déterminants importants du pronostic des adénocarcinomes pulmonaires. Ces paramètres mériteraient d’être pris en compte pour optimiser la prise en charge oncologique et osseuse des patients lors des réunions de concertation pluridisciplinaire (RCP) « métastases osseuses ». /span>

Copyright net-partenaires® © 2005. Tous droits réservés.