Semaine de Rhumatologie Aix Les Bains

Congrès national de rhumatologie

Quelle est la fiabilité de lecteurs non entraînés à reconnaître des lésions structurales

Quelle est la fiabilité de lecteurs non entraînés à reconnaître des lésions structurales sur l’IRM des sacro-iliaques chez des patients ayant des rachialgies inflammatoires récentes ?

Résultats de la cohorte DESIR

C. Jacquemin 1, R. Rubio Vargas 2, R. Van Den Berg 2, F. Thévenin 3, G. Lenczner 4, M. Reijnierse 5, S. Ferkal 6, P. Le Corvoisier 6, A. Rahmouni 7, D. Loeuille 8, A. Feydy 3, M. Dougados 9, D. Van Der Heijde 2, P. Claudepierre 1

1. Service de Rhumatologie, Hôpital Henri Mondor, Créteil, 2. Rheumatology Unit, Leiden University Medical Center (LUMC), Leiden, Pays-Bas, 3. Service de Radiologie, Hôpital Cochin, Paris, 4. Service de Radiologie, Clinique Hartmann, Neuilly-sur-Seine, 5. Radiology Unit, Leiden University Medical Center (LUMC), Leiden, Pays-Bas, 6. Centre d’investigation clinique, Hôpital Henri Mondor, Créteil, 7. Service de Radiologie, Hôpital Henri Mondor, Créteil, 8. Service de Rhumatologie, CHU de Nancy, Vandoeuvre-lès-Nancy, 9. Service de Rhumatologie B, Hôpital Cochin, Paris

 

Introduction

La spondyloarthrite axiale (SpA) peut être difficile à diagnostiquer à un stade précoce. L’apparition de lésions structurales des sacro-iliaques (SI) est souvent retardée de plusieurs années1 sur les radiographies et leur identification est parfois discutable2, même entre lecteurs entraînés. Si la présence de lésions inflammatoires à l’IRM des SI est un des critères de classification de SpA, la détection des lésions structurales sur celle-ci n’a pas été évaluée en pratique clinique. L’objectif de cette étude est d’évaluer, chez des patients souffrant de lombalgies évocatrices de SpA, la reproductibilité des lésions structurales des SI détectée par IRM en pratique clinique par comparaison à une lecture centrale.

Méthode

Des patients (18- 50 ans) souffrant de lombalgies récentes (inférieur à 3 ans), chroniques (≥3 mois) évocatrices de SpA ont été inclus dans la cohorte DEvenir des Spondyloarthrites Indifférenciées Récentes (DESIR). Les lésions structurales (érosions, lésions graisseuses, ankylose) étaient scorées sur l’IRM des SI par un lecteur local (radiologue ou rhumatologue non spécifiquement entrainé, ayant accès aux données cliniques) et par deux lecteurs centraux entrainés (en aveugle). Les lecteurs locaux classaient chaque SI en 3 grades (0 = normal, 1 = douteux, 2 = certaine). Les lecteurs centraux utilisaient une méthode similaire au score structural SPARCC. La concordance était calculée (kappa, % de concordance positive et négative) pour 9 définitions possible de la positivité d’une IRM des SI en lecture centralisée et 3 définitionsen lecture locale (table), d’une part entre les 2 lecteurs centraux et d’autre part entre lecteurs centraux (moyenne des scores des 2 lecteurs centraux) et locaux.

Résultats

664/708 patients ayant des données radiologiques complètes ont été inclus. D’après la lecture centrale 52.6% avait au moins une lésion structurale (érosion, lésion graisseuse ou ankylose) et d’après la lecture locale, 35.4% des patients avaient une IRM des SI positive pour les lésions structurales (grade 1 ou 2 sur au moins une SI). La concordance entre les lecteurs centraux était modérée pour 3 définitions (≥2 ou ≥3 lésions graisseuse, ≥3 lésions érosives et/ou graisseuses) et faible à acceptable pour les 6 autres définitions. La comparaison des lectures centrales et locales (table) montrait des résultats similaires : la concordance augmentait lorsqu’on incluait la présence d’au moins 2 lésions graisseuses à la définition d’une IRM structurale des SI positive.

Conclusion

La détection des lésions structurales à l’IRM des SI montre une concordance globalement acceptable, voire modérée lorsqu’on considère la présence d’au moins 2 lésions graisseuses,que les lecteurs soient spécifiquement entraînés ou non. La valeur diagnostique des lésions structurales détectées à l’IRM nécessite d’être déterminé par un suivi longitudinal.

Bibliographie

1. Feldtkeller E, Lemmel EM, Russell AS. Rheumato Int. 2003 Jan;23(1):1-5.
2. Van den Berg R, Lenczner G, Feydy A, van der Heijde D, Reijnierse M, Saraux A, Rahmouni A, Dougados M, Claudepierre P. Arthritis Rheumatol. 2014 Sep;66(9):2403-11

Copyright net-partenaires® © 2005. Tous droits réservés.