Semaine de Rhumatologie Aix Les Bains

Congrès national de rhumatologie

Intérêt de l’échographie ostéo-articulaire dans le diagnostic des arthropathies microcristallines

Intérêt de l’échographie ostéo-articulaire dans le diagnostic des arthropathies microcristallines

A. Bohm, E. Contant, A. Arbault, A. Cayot, C. Fortunet, M. Couturier, C. Piroth, P. Ornetti, J.F.Maillefert

Service de Rhumatologie, CHU de Dijon

 

Objectif

Evaluer la sensibilité, la spécificité et les valeurs prédictives de l’échographie ostéo-articulaire dans le diagnostic de goutte et de chondrocalcinose articulaire (CCA).

Méthode

Une étude prospective monocentrique a été menée dans le service de rhumatologie du CHU de Dijon, entre octobre 2012 et octobre 2014. Etaient inclus les patients présentant une mono, oligo ou polyarthrite d’étiologie indéterminée, avec un épanchement intra-articulaire ponctionnable. Tous ont bénéficié d’un bilan biologique, d’une analyse du liquide articulaire au microscope optique à lumière compensée, d’explorations radiographiques (poignets, genoux, bassin et pieds) et échographiques (poignets, hanches, symphyse pubienne, genoux et premières articulations métatarso-phalangiennes). L’échographie et l’analyse du liquide articulaire ont été faites en aveugle des autres données. Le score clinico-biologique de probabilité de goutte (score de Nimègue) a été calculé pour chacun des patients. Le diagnostic final était établi par un collège d’experts, constitué d’au moins trois rhumatologues expérimentés, qui n’avaient pas connaissance des résultats de l’examen échographique. Ce diagnostic représentait le gold standard.

Résultats

105 patients (72 hommes, 33 femmes, âge moyen = 67,3 +/- 17,3) ont été inclus. Selon l’avis du collège d’experts, 2l patients souffraient de goutte, 35 de CCA, 5 d’une arthropathie microcristalline mixte (goutte et CCA) et 44 d’un rhumatisme non microcristallin. Concernant la goutte, la sensibilité de l’échographie des articulations inflammatoires était de 66,6 %,la spécificité de 91,0 %, les valeurs prédictives positives et négatives de 85,7 et 89,8 % respectivement. Concernant la CCA, la sensibilité était de 85,0 %, la spécificité de 67,2 %, les valeurs prédictives positives et négatives de 61,8 et 87,7 % (97,7% en considérant l’examen de toutes les articulations, y compris non inflammatoires) respectivement. L’apport de l’échographie au score de Nimègue permettait d’améliorer ses performances, mais de façon non statistiquement significative.

Conclusion

Les performances diagnostiques de l’échographie ostéo-articulaire sont globalement satisfaisantes, mais non meilleures que celles du score de Nimègue dans la goutte. L’échographie s’avère peu spécifique dans la CCA mais permet d’éliminer le diagnostic lorsqu’elle est négative. Ces résultats peuvent paraître décevants mais ne sont pas surprenants car le diagnostic d’arthropathie microcristalline est avant tout clinicobiologique. Ces résultats suggèrent que l’échographie est un outil diagnostique intéressant dans les cas difficiles, ce qui mérite d’être confirmé par des travaux complémentaires.

Copyright net-partenaires® © 2005. Tous droits réservés.