Semaine de Rhumatologie Aix Les Bains

Congrès national de rhumatologie

Les anti-TNF améliorent l’utilisation musculaire du glucose

Les anti-TNF améliorent l’utilisation musculaire du glucose lors d’efforts maximaux dans la spondyloarthrite

R. Gastaldi 1, P. Gaudin 1, M. Guinot 2, A. Baillet 1

1. Service de Rhumatologie, 2. Unité Sports et Pathologies – CHU Grenoble

 

Objectif

La spondyloarthrite (SA) augmente le risque cardiovasculaire. Ceci pourrait être expliqué par l’élévation des taux sériques de TNF qui a un impact sur l’insulino-résistance. Ce mécanisme pourrait également avoir un impact sur le déconditionnement à l’effort de ces patients. L’objectif de l’étude était d’étudier les effets des anti-TNF alpha sur la tolérance à l’exercice chez les patients atteints de SA.

Méthode

Quatorze patients atteints de SA, naïfs de biothérapie, ont été inclus de 2012 à 2015 dans le service de rhumatologie du CHU de Grenoble. Une épreuve d’effort était réalisée avant le début du traitement et 4 semaines après la première injection d’anti-TNF. Le niveau d’activité de la maladie[par le Bath Ankylosing Spondylitis Disease Activity Index (BASDAI)] et la pénibilité maximale (sur échelle visuelle analogique) ont été recueillies. Les paramètres cardio-respiratoires et métaboliques ont été mesurés avec un ergo-spiromètre : nous avons étudié la consommation maximale d’oxygène (VO2max), le quotient respiratoire (QR) et la fréquence cardiaque maximale (FCM). La lactatémie était dosée au cours des épreuves d’effort et reflète de l’utilisation musculaire de glucose au cours de l’exercice. Les données ont été analysées par test non paramétrique de Wilcoxon.

Résultats

La population étudiée était composée de 5 femmes/9 hommes, 7 patients avaient une spondylarthrite axiale et 7 une forme mixte, 8 étaient HLAB27 positifs et 6 HLAB27 négatifs, 5 avaient été traités par au moins 1 DMARD (méthotrexate, sulfasalazine ou hydroxychloroquine). Après la 1ère épreuve d’effort, 4 patients ont été traités par adalimumab, 6 par étanercept, 4 par infliximab. Résultats des paramètres cliniques : l’activité de la maladie a diminué après le traitement : diminution significative des scores BASDAI (51 [44-72] à 42 [30-46], p=0,034), mais la pénibilité maximale n’a pas été modifiée (8 [6-10] à 9 [7-10], p=0,641). Performances cardio-respiratoires : la tolérance à l’effort était inchangée après mise sous anti-TNF alpha : VO2max (2,3 L/min (+/- 0,2) à 2,4 (+/- 0,2), p=0444), QR (1,1 (+/- 0,1) à 1,2 (+/- 0,1), p=0.091), et FCM (98% (+/- 0,1) de la fréquence cardiaque maximale théorique de 98% (+/- 0,1), p=0,508). En revanche, les lactatémies maximales ont été significativement augmentées après anti-TNF (8,0 mmol/L (+/- 1,0) à 9,0 (+/- 0,9), p=0,032).

Conclusion

La tolérance à l’effort n’a pas été modifiée 4 semaines après le début du traitement par anti-TNF. Nous avons, en revanche, observé une augmentation des lactatémies maximales à 4 semaines après début de l’anti-TNF, suggérant une augmentation de la consommation musculaire de glucose chez les patients atteints de SA après mise sous anti-TNF. Ceci pourrait être expliqué par une diminution de la résistance à l’insuline induite par le TNF dans cette pathologie.

Copyright net-partenaires® © 2005. Tous droits réservés.