Semaine de Rhumatologie Aix Les Bains

Congrès national de rhumatologie

Nouveau traitement de la capsulite rétractile de l’épaule

Nouveau traitement de la capsulite rétractile de l’épaule

R. Ghozlan

Rhumatologue, Paris

 

Introduction

La capsulite rétractile de l’épaule est une affection peu fréquente, mais douloureuse, sévère et invalidante. Très souvent, le traitement médical symptomatique constitue un échec et il faut recourir à des infiltrations locales de corticoïdes. Jusqu’à présent ces techniques comportaient des injections par voie intraarticulaire associées ou non à une arthrodistension. L’anatomie de la capsule de l’épaule et en particulier son innervation ont amené les auteurs à étudier la technique d’infiltration (ou bloc) du nerf sus scapulaire.

Patients et Méthode

Les auteurs rapportent une série de 15 patients souffrant d’une capsulite rétractile de l’épaule. Il s’agissait uniquement de femmes avec un âge allant de 46 à 66 ans (âge moyen de 49 ans).La capsulite était unilatérale 9 fois, bilatérale 6 fois. L’ancienneté des symptômes allait de 3 à 12 mois (moyenne 8 mois). Un facteur psychologique récent a été retrouvé dans 80% des cas. Imagerie : la radiographie et l’échographie étaient normales ; deux fois l’échographie a mis en évidence une ténosynovite du long biceps. Une IRM a été pratiquée 8 fois ; elle était normale 3 fois ; dans 5 cas elle objectivait un épaississement du recessus synovial inférieur, de l’intervalle de la coiffe des rotateurs et un oedème de l’os sous chondral au niveau de la partie interne de la tête humérale. Etant donné le fait que la capsule est innervée par le nerf sus scapulaire, les auteurs ont choisi de traiter la capsulite par l’infiltration de ce nerf au niveau de son entrée dans la fossette éponyme en regard du bord supérieur de l’omoplate. L’injection de corticoïdes était précédée par celle d’un dérivé anesthésique, permettant de s’assurer de l’amélioration significative de la douleur et de la mobilité de l’épaule. Une infiltration a été nécessaire dans 7 cas 3 fois ; dans 6 cas 4 fois et dans 2 cas 5 fois.

Résultats

Avec un recul allant jusqu’à 14 mois (recul moyen de 7 mois), un bon résultat sur la douleur et la mobilité a été noté 12 fois sur 15, permettant le relais par la rééducation à sec ou en piscine. Les trois échecs ont justifié une injection de corticoïdes, effectuée sous contrôle radio.

Discussion

Au vu des résultats rapportés, l’infiltration du nerf sus scapulaire mérite de figurer parmi les traitements efficaces de la capsulite rétractile de l’épaule et notamment à côté ou en cas d’échec des autres techniques d’infiltration (intra articulaire et/ou arthrodistension). Par ailleurs, nos résultats sont comparables à ceux de la littérature.

Conclusion

En résumé, l’infiltration ou bloc du nerf sus scapulaire constitue une méthode simple, non invasive et efficace de la capsulite rétractile de l’épaule.

 

Copyright net-partenaires® © 2005. Tous droits réservés.