Semaine de Rhumatologie Aix Les Bains

Congrès national de rhumatologie

Cellular Matrix, une nouvelle association AH-PRP pour des injections IA

Cellular Matrix, une nouvelle association AH-PRP pour des injections IA : efficacité du traitement dans la gonarthrose chez des patients en échec d’une thérapie par AH seul

J.L. Renevier 1, J.F. Marc 2, P. Adam 3, N. Sans 4, J. Le Coz 5, Y. Prothoy 6

1. Rhumatologue, Mantes-la-Jolie, 2. Rhumatologue, Roanne, 3. Imagerie médicale, Médipôle Garonne, Toulouse, 4. Radiologie et Imagerie médicale, CHU Purpan, Toulouse, 5. Mésothérapeute, Paris, 6. Médecine du Sport, Polyclinique des Alpes, Gap

 

Rationnel

L’efficacité de l’acide hyaluronique (AH) dans la gonarthrose est documentée. Des études in vitro ont démontré l’impact de facteurs de croissance isolés sur la stimulation et la différentiation chondrogénique des cellules souches mésenchymateuses. Est-ce qu’une combinaison acide hyaluronique/a-PRP peut apporter un bénéfice supérieur à chacun des produits seuls ? Le dispositif utilisé (médical de classe III) est fabriqué par Regen Lab SA, en Suisse, et permet d’obtenir une combinaison d’acide hyaluronique et de a-PRP destinée à être injectée par voie intra-articulaire. Notre objectif est de montrer l’efficacité de ce dispositif dans la prise en charge de la gonarthrose fémoro-tibiale après échec d’un AH préalable.

Patients et Méthode

Étude française prospective, multicentrique. 76 patients inclus et 83 genoux traités, âge médian de 63 ans, 48 hommes, 35 femmes, BMI moyenne de 26,83. Le critère de jugement principal correspondra à la variation du score moyen WOMAC A1 entre J0 et J270, sur une échelle WOMAC A1 (graduée de 1 à 10). Les tubes du dispositif médical contiennent 2 ml d’acide hyaluronique de faible poids moléculaire (1550 KDa) en solution à 2%. La quantité de sang prélevé sera de 4-5 ml permettant après centrifugation (5 min à 1500g soit 3400 tours par minute) d’obtenir 3 ml de a-PRP. Le rythme des injections à J0, 2 mois et 6 mois a été établi après une 1ère étude pilote non publiée.

Résultats

94,4% de patients améliorés. Il existe une différence significative concernant la variation du score moyen WOMAC A1 avant le début du traitement et la douleur ressentie 36 semaines après le début du traitement. Cette différence est également significative entre la 1ère et la 2ème injection ainsi qu’entre la 2ème et la 3ème injection. Il existe aussi une amélioration significative de la raideur et de la capacité fonctionnelle (WOMAC B et C). Le dispositif agit de la même façon quels que soient le BMI et l’âge des patients inclus. Il n’existe pas de différence significative des scores de la douleur selon le grade radiologique. Aucun effet secondaire n’est signalé.

Discussion

L’incidence de la gonarthrose croît de façon considérable. Après échec des traitements médicamenteux et des injections d’acide hyaluronique, il ne restait que la solution chirurgicale. Malgré les progrès, il est difficile de proposer une chirurgie chez un patient de moins de 65 ans avec une gonarthrose douloureuse et une destruction radiologique modérée. Cette étude montre qu’il existe maintenant une alternative simple, reproductible et efficace chez ces patients.

Conclusion

Essai français multicentrique, prospectif sur 9 mois avec 3 injections de 3 ml de PRP + 2 ml d’acide hyaluronique non réticulé dans la gonarthrose selon une procédure très simple. La réponse au critère principal d’efficacité montre une diminution de la moyenne du WOMAC A, B et C de l’inclusion à 9 mois, statistiquement significative.

 

p>Conflits d’intérêt : le Dr JL Renevier et le Dr JF Marc sont consultants pour le laboratoire RegenLab.

Copyright net-partenaires® © 2005. Tous droits réservés.