Semaine de Rhumatologie Aix Les Bains

Congrès national de rhumatologie

22 - Augmentation de la sclérostine après une activité physique d’endurance prolongée chez les femmes jeunes

 

Augmentation de la sclérostine après une activité physique d’endurance prolongée chez les femmes jeunes : étude pilote SPORT-OS
 

M.E. Pickering, M. Simon, K. Chikh, M.-C. Carlier, C. Confavreux

Service de Rhumatologie du Pr Chapurlat,Centre Hospitalier Lyon Sud

 

Introduction

L’ostéoporose est une maladie caractérisée par une diminution de la masse osseuse et une détérioration de la qualité de l’os qui altèrent la résistance osseuse et augmentent le risque de fractures. La prévention de l’ostéoporose représente un enjeu majeur de santé publique. Elle repose sur des apports vitamino-calciques suffisants et au moins 30mn de marche par jour.

La voie Wnt est la principale voie d’ostéoformation dans l’ostéoblaste. Elle est régulée par la sclérostine qui est produite par les ostéocytes. L’objectif de notre travail est d’étudier la variation de la sclérostine sérique à la suite d’une activité physique en charge.

Matériel et méthode Après accord du Comité d’Ethique et calcul d’effectif, nous avons recruté 23 jeunes femmes, volontaires saines avec un index de masse corporelle (IMC) entre 18 et 25kg/m² pour réaliser une épreuve de course à pied sur tapis d’une durée totale de 45 mn. Les participantes qui pratiquaient plus de 1h30 de sport par semaine, qui avaient des antécédents cardio-vasculaires ou qui prenaient un traitement au long cours étaient exclues. L’épreuve débutait par un échauffement de 5mn pour atteindre par palier la vitesse de 7,5 km/h qui était ensuite maintenue pendant 35 mn. Les dernières minutes étaient réservées à la récupération. Les participantes avaient une prise de sang avant l’effort et 5mn après la fin de l’effort. La sclérostine a été dosée par technique ELISA (Teco médical®). L’analyse statistique a été réalisée en utilisant des tests-appariés non paramétriques.

Résultats Toutes les participantes ont réalisé l’intégralité de l’épreuve et les deux prélèvements sanguins. La moyenne d’âge des participantes était de 22 ± 1,5 ans avec un IMC moyen de 21,9 ± 2,4 kg/m². Leur force moyenne, évaluée par dynamomètre sur la main dominante, était de 35,2 ± 5,7 kg. Le taux moyen de vitamine D était de 75 ± 18 nmol/L.

Avant l’épreuve, le taux de sclérostine sérique était de 290 ± 90 ng/L et a significativement augmenté en fin d’épreuve à 410 ± 130 ng/L (p<0,001) soit un gain moyen de 44,6 ± 26,4%.

Parallèlement, les variations des taux de CTX et de phosphatases alcalines osseuses sont restées inférieures aux coefficients de variation de chaque technique (3,5% et 8,1%).

Conclusion En réponse à une activité physique en charge prolongée d’endurance, la sclérostine augmente significativement immédiatement après l’effort chez les jeunes femmes en bonne santé. Notre étude souligne la réactivité des ostéocytes en réponse à une activité physique.
Retour menu | retour 2/04/2015 partie 2
 

Copyright net-partenaires® © 2005. Tous droits réservés.