Semaine de Rhumatologie Aix Les Bains

Congrès national de rhumatologie

15 - Prévention secondaire des fractures ostéoporotiques

Prévention  secondaire des fractures ostéoporotiques : évaluation de la filière d’un CHU  de janvier 2010 à décembre 2011

N. Dehamchia Rehailia, D. Ursu, I. Henry-Desailly, P. Fardellone,J. Paccou

Service de Rhumatologie, Hôpital Nord, CHU Amiens

Introduction La survenue d’une fracture de faible énergie est l’occasion de dépister et de prendre en charge l’ostéoporose.

But Evaluer le fonctionnement  de la filière ostéoporose d’un CHU.

Méthode Il s’agit d’une étude observationnelle, monocentrique et ambispective. Tous les patients pris en charge au CHU  pour une fracture de faible énergie entre janvier 2010 et décembre 2011 ont été sollicités par l’infirmière de liaison de notre filière. Les patients acceptant la prise en charge ont bénéficié d’une évaluation des facteurs de risque de l’ostéoporose, des apports calciques journaliers, d’une densitométrie osseuse, d’un bilan biologique et d’une prescription d’un traitement anti-ostéoporotique en cas d’indication retenue. Le taux de participation à notre filière, le taux d’initiation thérapeutique et le taux de maintien thérapeutique (ou persistance) à 18 mois ont ainsi été évalués.

Résultats Parmi les 1439 patients sollicités, 872 étaient éligibles. Trois cent trente huit patients (39%) ont été évalués et 335 ont été inclus dans l’étude. L’âge moyen était de 63 (±13.9) ans et 72% des patients (241) étaient des femmes. Le nombre de fractures était de 344 avec128 (37,2%) fractures majeures. Les deux fractures les plus fréquentes étaient la fracture du poignet (27,1%) et de la hanche (24.3%).  Tous les patients ont bénéficié d’une densitométrie osseuse retrouvant une ostéopénie chez 44,1% des patients et une ostéoporose chez 31,9%. Plus de 90% des patients ont bénéficié d’une évaluation des facteurs de risque de l’ostéoporose. Une supplémentation en vitamine D et/ou en calcium a été instaurée chez 82% des patients. Un traitement anti-ostéoporotique a été prescrit chez 75,5% des patients (182/241) ayant une indication. Le taux de maintien thérapeutique à 18 mois chez 166 patients traités était de 67,4%. Parmi les 182 patients traités, 16 n’ont pas été évalué à 18 mois à cause de la perte de vue de 9 patients et de décès de 7 patients. La principale cause d’arrêt de traitement était l’absence de renouvellement de la prescription par le médecin traitant. 

Conclusion La prévention secondaire des fractures ostéoporotiques de notre CHU a été améliorée par la mise en place de la filière avec un taux d’initiation et de maintien thérapeutique encourageants. Cependant cette étude souligne les difficultés rencontrées pour sensibiliser les patients et les médecins traitants pour participer à cette prévention secondaire des fractures ostéoporotiques.

 
Retour menu | retour 2/04/2015 partie 1
 

Copyright net-partenaires® © 2005. Tous droits réservés.