Semaine de Rhumatologie Aix Les Bains

Congrès national de rhumatologie

14 - Une coopération efficace médecins/pharmaciens autour du patient ostéoporotique

Une coopération efficace médecins/pharmaciens autour du patient ostéoporotique :le projet SIOUX

 
D. Poivret 1 et C. Wilcke 2
1. Rhumatologue, CHR Metz Thionville ; 2. Pharmacie, URPS Lorraine
 
Contexte L’ostéoporose est une maladie silencieuse jusqu’à la fracture. Le traitement médicamenteux, les changements de mode de vie indispensables au traitement, sont mal suivis, l’adhésion ne dépasse pas 50% à un an. Les programmes d’éducation thérapeutique (ETP) permettent d’améliorer ces chiffres mais restent difficiles à mettre en place sur plusieurs années. La collaboration des professionnels de santé impliqués dans le suivi du  traitement nous a paru nécessaire pour améliorer l’adhésion à long terme .

Le projet SIOUX L’union régionale des professionnels de santé (URPS) Lorraine  médecins et pharmaciens  se sont réunis pour mettre au point un carnet de suivi, remis au patient à l’issue d’une première séance d’ETP, qui contient un questionnaire médecin (QM) et un questionnaire pharmacien (QP) , remplis 2 fois par an sur 3 ans. Un contrat a été signé avec l’ARS  et la plate-forme de recherche clinique  du CHR de Metz-Thionville pour suivre 120 patients sur 3 ans à partir de janvier 2013.

Résultats L’étude des relations médecins/pharmaciens montre que la formation de binômes, les  réunions annuelles de coordination, le carnet de suivi , le rôle du  patient qui induit  le lien entre les médecins et pharmaciens, représentent des leviers à une coopération interprofessionnelle réussie , alors que le manque de temps , l’éloignement géographique et l’absence de liens personnels sont des freins à cette dynamique .

49 patients ont été inclus en 2013, 47 en 2014. Tous les patients sont traités par biphosphonates, ranelate de strontium, ou dénosumab. A un an , nous avons obtenu un retour des questionnaires de : inclusions en 2013 : janv. :75%, fév. : 86 %,avril : 44 %, mai : 25 % juin : 0%. Pour les répondeurs, le taux d’adhésion reste à 100 % à 6 mois et à un an, les patients connaissent le nom de leur traitement ,savent en majorité à quoi il sert, 7% ont eu envie de l’arrêter à 6 mois, 16 % à un an, mais ils l’ont poursuivi, ce qui conforte l’intérêt d’une coopération inter professionnelle. Le retour des questionnaires nécessite un important travail de secrétariat pour reprendre contact avec les patients, les médecins et les pharmaciens, pour les sensibiliser au traitement et au maintien des changements dans le mode de vie (apport calcique alimentaire, activité physique, maintien de l’équilibre au sol ). 

Conclusion Un suivi coordonné médecin/pharmacien autour du patient qui se voit accorder un rôle  actif  permet d’améliorer l’adhésion à un an et devrait permettre de l’augmenter  au-delà de 50 % au terme des trois ans  de suivi 

Retour menu | retour 2/04/2015 partie 1
 
 

Copyright net-partenaires® © 2005. Tous droits réservés.