Semaine de Rhumatologie Aix Les Bains

Congrès national de rhumatologie

07 - Le PET-scan est supérieur à la scintigraphie osseuse pour la détection des métastases

07 - Le PET-scan est supérieur à la scintigraphie osseuse pour la détection des métastases osseuses à risque chez les patients atteints d’un cancer du poumon d’embléemétastatique :
étude POUMOS-image

C.B. Confavreux 1,2, L. Romestaing 2, B. Dubois 1,2, A. Tescaru 3,M. Brevet 4, J.-B. Pialat 1-5,  A. Fontana 2, B. Mastroianni 6,L. Kiakouama 7, Ph. Clezardin 1, N. Girard 6

1. INSERM UMR1033 - Université de Lyon, Lyon ; 2. Service de Rhumatologie, Hôpital Edouard Herriot, Hospices Civils de Lyon, Lyon ; 3. Service de Médecine Nucléaire, Hospices Civils de Lyon, Lyon ; 4. Service d’Anatomo-pathologie, Centre de Biologie et de Pathologie Est, Hospices Civils de Lyon, Lyon ; 5. Service de Radiologie, Hôpital Edouard Herriot, Hospices Civils de Lyon, Lyon ; 6. Service de Pneumologie, Hôpital Louis Pradel, Groupement Hospitalier Est, Hospices Civils de Lyon, Lyon ; 7. Service de Pneumologie, Hôpital de la Croix-Rousse, Groupement Hospitalier Nord, Hospices Civils de Lyon, Lyon

* Liens d’intérêt : AMGEN

 Contexte Les métastases osseuses des cancers du poumon non à petites cellules (CPNPC) sont responsables de lésions ostéolytiques, le plus souvent douloureuses, et à haut risque de complications fracturaires ou de compression médullaire pouvant entraîner une impotence fonctionnelle sévère. Dès lors la détection la plus extensive possible des métastases osseuses est souhaitable si l’on souhaite  prévenir la survenue des complications osseuses. Actuellement l’Institut National du Cancer (INCa) ne recommande pas la réalisation d’un PET-scan au 18-FDG lors du diagnostic des CPNPC en situation métastatique. Il n’existe cependant pas de donnée comparant scintigraphie osseuse/PET-scan en situation métastatique d’emblée.   

Patients et Méthode POUMOS (cancer du POUmon et Métastases OSseuses) est une cohorte prospective monocentrique non interventionnelle incluant des patients atteints d’un adénocarcinome du poumon et présentant une première métastase osseuse. Chez la plupart des patients inclus, les métastases osseuses sont découvertes de façon synchrone (stade IV d’emblée). Dans cette analyse, nous avons sélectionné les patients qui avaient eu à la fois une scintigraphie osseuse au Technétium 99m et un PET-scan au 18 FDG. L’analyse a porté sur le nombre de métastases osseuses mis en évidence par chacune des deux techniques, en évaluant la corrélation entre les deux de façon globale puis en fonction du site anatomique atteint (fémur, humérus, tibia).

 Conclusion  Le PET-scan réalisé comme bilan d’extension osseux des patients présentant un cancer du poumon stade IV d’emblée est plus performant que la scintigraphie osseuse pour identifier les métastases osseuses à haut risque fracturaire. L’identification plus exhaustive des lésions à haut risque fracturaire devrait permettre d’améliorer la prise en charge préventive locomotrice de ces patients et de réduire les complications osseuses. 
 
Retour menu | retour 01/04/2015 partie 2

Copyright net-partenaires® © 2005. Tous droits réservés.