Semaine de Rhumatologie Aix Les Bains

Congrès national de rhumatologie

04 - Traitement des douleurs chroniques neuropathiques

Traitement des douleurs chroniquesneuropathiques par neurostimulationmédullaire.
A propos d’une série de 168 cas.

R. Bougeard

Neurochirurgien, Lyon

L’utilisation de la stimulation cordonale postérieure (SCS) pour le traitement de la douleur chronique a été décrite pour la première fois par Shealy en 1967. En France les premières implantations sont réalisées en 1978 par Lazorthes.

La stimulation des fibres sensitives de gros calibre au niveau cordonal postérieur libérerait du GABA, de la sérotonine et des neuromédiateurs inhibiteurs à ce niveau et ainsi renforcerait les contrôles segmentaires et supra segmentaires des voies de la douleur par la théorie du gate control.

Cette technique se réalise par l’implantation, soit par voie percutanée, soit par laminectomie chirurgicale d’une électrode multipolaire et multicanaux dans l’espace péridural en face des cordons postérieurs. La neurostimulation doit induire des paresthésies recouvrant totalement le territoire douloureux pour être efficace. Une période de test de 7 jours avec une réduction de la douleur d’au moins 50% est nécessaire avant l’implantation définitive d’une pile sous-cutanée reliée à l’électrode épidurale.

Cette technique, depuis l’arrêté du 16 septembre 2002, fait l’objet d’un remboursement officiel. 

Ce remboursement officiel a permis de développer cette technique, longtemps réservée au CHU, au sein d’établissement de soins privés.

L’EFNS à partir d’une méta analyse de la littérature de 1968 à 2006 a émis des recommandations de niveau B, en 2007, pour l’utilisation de la neurostimulation médullaire en ce qui concerne les radiculalgies chroniques postopératoires et le syndrome douloureux régional complexe. L’étude Process, en 2008, de niveau 1 allait dans le même sens en ce qui concernait les radiculalgies chroniques postopératoires.

Sur un plan économique, une étude de Taylor en 2004 montre qu’au bout de 2,5 ans le coût économique de la SCS est inférieur au coût des traitements conventionnels.

Les indications actuelles sont  (recommandations HAS 2014) les douleurs chroniques neuropathiques secondaires à un syndrome douloureux chronique radiculaire ou tronculaire d’origine diabétique, zostérienne, traumatique ou chirurgicale, persistant depuis au moins un an ou secondaire à un syndrome douloureux régional complexe (algodystrophie de type 1 ou 2) persistant depuis au moins 6 mois.

Les conditions requises sont une validation de l’indication et un suivi par une structure labellisée de traitement de la douleur chronique ainsi qu’une période de test avec une efficacité d’au moins 50%.

Nous vous présentons les résultats de la SCS dans le respect des bonnes indications  sur une population de 168 patients dans le cadre d’une collaboration originale entre des structures de traitement de la douleur dans le secteur public et un établissement de soins privés avec un suivi de plusieurs années.

Retour menu | retour 01/04/2015 partie 1

Copyright net-partenaires® © 2005. Tous droits réservés.