Semaine de Rhumatologie Aix Les Bains

Congrès national de rhumatologie

01 - Evolution clinique de l’arthrose après une cure thermale

Evolution clinique de l’arthrose après une cure thermale.
Etude de cohorte avec mesures répétées sur 111 patients
R. Forestier 1, G. Briançon 2, D. Malie 3
1. Centre de recherche rhumatologique et thermal, Aix-les-Bains ; 2. Thermes Nationaux, Aix-les-Bains ; 3. Médecin thermal,Montrond-les-Bains
 
Introduction L’arthrose est un problème de santé publique important. Les traitements actuels de l’arthrose ont un effet symptomatique sur la douleur, le handicap fonctionnel et parfois la qualité de vie mais sont souvent peu efficaces et mal tolérés au long cours. La cure thermale, avec des soins adaptés à la pathologie, semble également capable d’apporter un soulagement des symptômes. L’objectif de l’étude est de montrer que l’on observe une amélioration cliniquement pertinente des symptômes après une cure thermale rhumatologique chez des patients atteints d’arthrose.
Matériel et Méthode  Etude de cohorte prospective ouverte avec mesures répétées, monocentrique comparant l’état avant une cure thermale rhumatologique etdans les mois qui suivent.
Population étudiée Le recrutement des patients s’est fait par des annonces dans la presse locale et les cabinets médicaux de la région proche. Ont été inclus des patients âgés de 18 ans à 80 ans et présentant au moins une localisation d’arthrose des membres inférieurs (hanche ou genou), des lombalgies chroniques ou des cervicalgies chroniques (assimilées à une arthrose rachidienne) ou une polyarthrose (au moins 3 localisations ou 2 localisations avec une atteinte symétrique et/ou des antécédents familiaux d’arthrose). Arthrose symptomatique (EVA de la douleur > à 30mm : correspondant à un état cliniquement acceptable). Les patients devaient avoir signé un formulaire de consentement et  être disponibles pour répondre aux questionnaires pendant leur cure thermale  Le nombre de patients à inclure a été calculé selon la méthode de Casagrande et Pike : il s’agissait de 112 patients, en hypothèse bilatérale, pour un risque alpha à 5 %, un risque bêta de 10% et un risque de perdus de vue et de sortis d’étude estimé à 15% à 6 mois.
Traitement thermal Il comportait une cure thermale de3 semaines, 6 jours par semaine, comprenant 4 soins quotidiens à visée rhumatologique : baignoire à jets ou douche massages, en alternance un jour sur 2, application de boue en cataplasmes sur les zones douloureuses tous les jours, séances d’hydromassage en piscine tous les jours et séances de mobilisation en piscine. Les soins se déroulent sous la supervision d’un médecin thermal expérimenté. Le personnel est formé à la réalisation des soins.
Critères de jugement Le critère de jugement principal est d’avoir au moins 50% de patients avec une amélioration cliniquement pertinente de la douleur et/ou d’un score fonctionnel adapté (WOMAC ou OSWESTRY ou échelle de Copenhague ou RAPID3) à 6 mois par rapport au score mesuré à l’inclusion.
Les critères de jugement secondaires sont :
-  L’évolution des indices cliniques douleur et WOMAC ou OSWESTRY ou échelle de Copenhague ou RAPID3.
- Les variations des traitements à visée rhumatologique, consultations, hospitalisations à l’inclusion, à 1 mois, à 3 mois et 6 mois.
- Le nombre de patients jugeant être dans un état clinique acceptable, la sensation d’avoir une amélioration de son état et l’opinion du patient et du médecin sur cette éventuelle amélioration à 1 mois et 6 mois.
- Les événements indésirables et complications à 1 mois, à 3 mois et 6 mois après la cure.
 Autres aspects méthodologiques Il n’y a pas de randomisation ni d’insu des participants.
Résultats Les patients ont été recrutés entre le 1er août 2013 et le 21 novembre 2013. Le suivi des patients s’est achevé le 26 juin 2014.
Nombre de patients 124 patients screenés, 117 patients inclus et 111 analysés pour le critère principal.
Evolution clinique des patients 78% des patients analysés (87/111) ont une amélioration cliniquement pertinente de leur état clinique. 50% des patients (1/2) ayant une arthrose isolée des membres, 88% (24/27) des patients ayant une arthrose du rachis et 75% (62/82) des patients ayant une polyarthrose sont améliorés. Tous les critères de jugement sont améliorés de façon très significative à 6 mois. Il n’y a pas eu d’effets indésirables graves.
 
Commentaires et Conclusion Cette étude montre que le traitement thermal de Divonne-les-Bains peut améliorer de façon pertinente 78% des patients présentant une arthrose. Le traitement thermal est bien toléré.
 
Retour menu | retour 01/04/2015 partie 1
 

Copyright net-partenaires® © 2005. Tous droits réservés.